AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Brand Heirs [En cours 1/?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silver M.Lyüna

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 23
Localisation : A toi de me trouver.

MessageSujet: The Brand Heirs [En cours 1/?]   Jeu 23 Juil - 21:07

The Brand Heirs


Chapitre 1 : Bad Day.

La région était calme et paisible en ce début d'après-midi. Cimetronelle était une jolie petite ville dans les arbres, agréable à vivre et à étudier. Le jeune homme n'en était que plus heureux d'effectuer son travail. Il se déplaçait avec aisance dans la forêt voisine du village, observant et notant tout ce qu'il pouvait voir sur son carnet. Parfois il s'arrêtait le temps de dessiner une plante ou une baie. D'autres fois, il tentait une approche avec un pokémon rencontré aléatoirement dans sa ballade. Bien entendu, le garçon tombait également sur quelques personnes en voyage. Plusieurs fois il dût sortir ses pokémon pour un petit combat amical. Cela lui rappelait des souvenirs pas si lointain. Lui aussi, il avait pratiqué le célèbre voyage initiatique dans la région d'Hoenn. Il n'avait pas eu le choix de toute façon, rien ne l'attendait auparavant. Mais c'était différent maintenant, il avait trouvé une occupation. Il parcourait à nouveau Hoenn, carnet à la main, pour prendre soin de tout noter de ses observations. Il appréciait de retrouver ses connaissances dans chaque endroit qu'il avait déjà visité. Il adorait se remémorer les combats, ses entraînements, ses captures et le travail de mise en confiance avec ses nouveaux partenaires. Il était parti avec son seul ami, mais avait terminé avec un réseau bien construit et surtout une véritable famille, son équipe pokémon.

Dans sa jeunesse, le jeune homme avait eu quelques problèmes. Fils unique d'une famille modeste, il avait grandi près de Lavandia. Il n'était jamais allé à l'école mais sa mère s'était occupée de son éducation avec méthode et précision. Que des choses utiles, rien de superficiel. Le petit garçon avait donc rapidement appris à lire et écrire, à compter également. Il étudiait avec acharnement. Puis l'éducation se porta sur les pokémon, la façon de s'en occuper, de les aimer, les nourrir, les faire grandir et les entraîner pour combattre. Il avait même eu le droit à des séances pour les concours pokémon. L'enfant adorait combattre ou participer à de faux concours contre sa mère et ses amies. Il avait même décidé que, plus tard quand il serait grand, il deviendrait Maître de la Ligue mais aussi le meilleur des Coordinateurs, rien que ça. Ce rêve un peu fou avait bien fait rire sa mère mais elle l'avait encouragé, tout en lui rappelant que ce n'était pas la célébrité qu'il lui fallait viser, mais un avenir stable en compagnie de sa famille, de ses pokémon qu'il devrait toujours traiter avec amour. Cette femme avait un coeur d'or et elle était sans conteste le modèle de jeune garçon. Ce qui n'était pas le cas de son père cependant.

Cherchant fortune et gloire, cet individu ne passait jamais de temps avec son fils, qui continuait de grandir sans lui. Ce qui n'était pas pour déplaire à l'enfant car il n'aimait pas son paternel. Il n'était pas méchant, non. Mais dans ses yeux, le petit ne voyait pas d'amour. Il n'y avait que cette envie de puissance, de connaissance, de célébrité. Son entreprise marchait bien, mais l'adulte en voulait toujours plus. Au détriment de sa famille. Pour le peu de temps qu'il a passé avec le gamin, ce fut un enfer. Le père voulait voir où en était sa progéniture, pour savoir si il pouvait s'en servir ou non. Alors parfois il venait et défier son fils dans des combats pokémon d'une violence insupportable pour le petit. L'homme ne faisait pas attention à ses pokémon. Il ne les encourageait jamais, leur hurlait dessus lorsqu'ils perdaient, se moquait d'eux avec cruauté. Le fils ne tarda pas à assimiler son paternel aux pires criminels. Il entendait les histoires sur deux Teams de malfrats qui semaient le désordre. Pour le garçon, son père était comme eux. Un méchant. Un ennemi.

Ce qui se confirma quelques années plus tard. Le garçon était dans sa neuvième année et il était très impatient. Bientôt, il pourrait avoir son propre pokémon et il partirait à l'aventure ! Il était très excité mais en même temps, un peu effrayé. Il allait devoir laisser sa mère et ses amis, peut-être pour plusieurs années. Certes, ils resteraient en contact grâce au Nav, mais ce n'était pas la même chose. Il ne pourrait plus faire de câlin à sa mère et ne pourrait plus jouer avec ses amis pokémon. Car oui, le garçon n'était pas quelqu'un de très sociable avec les jeunes de son âges. Tout d'abord parce qu'il y avait peu d'enfant dans les environs. Parce qu'il n'avait pas été à l'école et donc ne les avait presque jamais rencontrer. Mais surtout, parce qu'il avait peur d'eux. Il les écoutait parfois parler de leurs rêves. Devenir le meilleur. Battre tout les autres. Le plus fort. Les meilleurs pokémon. Les plus forts. Cela, le garçon ne pouvait comprendre. Qu'est-ce que ça apporterait d'avoir les pokémon les plus puissants ? Lui, ce qu'il voulait, c'était avoir des amis, une famille. Il voulait des compagnons, avec leurs forces et leurs faiblesses. Lui, il ne ferait pas de tris. Quand il trouverait le compagnon idéal, il le prendrait avec lui si le pokémon le voulait bien, et il le garderait quoi qu'il arrive. Même si il n'était pas puissant. Même si il n'était pas beau.

C'était ce que sa mère lui avait appris. Il agirait en parent pour la famille qu'il construirait. Il avait alors pris une décision. Son rêve avait changé. Terminé, le Maître de la Ligue. Il ne combattrait même pas dans les arènes de la région. Il se contenterait de voyager pour se faire des amis, pour voir du pays. Pour se forger comme disait sa maman. Pour devenir quelqu'un, sans gloire. Juste quelqu'un avec un vécu, il voulait tout voir de ses yeux. Il voulait vivre des aventures que les autres n'ont pas, car trop occupés avec leur soif de grandeur. Lui, il irait au fin fond des forêts pour y découvrir les secrets les mieux cachés. Il gravirait la plus haute montagne pour admirer le paysage tout autour. Il traverserait les mers pour aller faire la rencontre d'autres pokémon, ailleurs. Il voyagerait oui. Mais comme aucun autre avant lui. Il partirait pour bâtir sa famille, pour développer avec ses pokémon des liens puissants. Et il reviendrait un jour, montrer à sa mère ce qu'il était devenu, comment il avait pris soin de ses pokémon comme elle le lui avait appris. Et surtout, il reviendrait pour montrer à son père qu'on a pas besoin d'argent ou d'être connu pour être heureux et avoir une vie bien remplie.

Il était très fier de ce nouveau rêve. Alors il ne perdit pas un instant et courut l'annoncer à ses parents. Par chance, ils étaient pour une fois tous les deux. En train de se disputaient de toute évidence mais le petit, trop excité, n'avait rien remarqué. Il déclara rapidement à ses parents que lui, il ne deviendrait jamais quelqu'un de connu. Il serait fort et puissant, il aurait les meilleurs amis, les meilleurs pokémon parce qu'ils seraient une belle famille soudée. Il décrivit rapidement comment il voyait les choses. Sa mère le prit dans ses bras, un grand sourire sur le visage. Elle était très fière de son fils, si ouvert. Elle le félicita avec joie. Mais son père lui, éclata de rage. Son fils, il avait déjà prévu sa vie. Il deviendrait Maître Pokémon et ferait de la publicité pour l'entreprise de son paternel. Son père serait connu dans tout Hoenn mais aussi au-delà grâce aux relations de son fils avec les autres régions par son statut de Maître. Le petit fondit en larme dans les bras de sa mère, qui le serrait contre elle, comme pour le protéger de son diable de père. Les deux adultes hurlaient, criaient. Ce qui devait arriver arriva. Le père partit. Il abandonna sa famille pour faire fortune ailleurs. Pour la gloire qu'il désirait tant, plus qu'une famille apparemment.

Bien entendu, la vie du jeune garçon bascula du jour au lendemain. Ils n'avaient plus d'argent, sa mère ne travaillant pas. Elle dut donc se résigner à enchainer les petits boulots. Le petit ne fut pas en reste. Lui aussi travaillait pour aider et soulager sa mère comme il le pouvait. Sa pauvre mère qui fondait en sanglot tous les soirs, lorsqu'elle pensait que son fils dormait. Sa pauvre mère qui s'écorchait les mains mais qui jamais ne se plaignait. Sa pauvre mère qui se privait parfois de manger pour que le petit ait la ration qu'il lui convenait. Sa pauvre mère qui tomba malade plusieurs fois, mais qui ne pouvait s'acheter de quoi se guérir. Elle ne voulait pas la pitié des habitants, alors elle refusait poliment les aides. Petit à petit, les rumeurs firent leurs apparitions. Comme quoi le paternel était parti pour une bonne raison, à cause de sa femme. La peur, le dégout arrivèrent par la suite. La maman avait de plus en plus de mal à trouver des emplois, de l'argent. Le garçon avait douze ans quand sa mère tomba sur le sol et ne se releva jamais plus.

Trop malade avait dit le docteur. Rien à faire. Attendre et voir, mais peu d'espoir. Le fils s'occupa de sa mère autant qu'il put, mais l'inévitable arriva un an après. La douce et gentille femme s'éteignit sous les hurlements de détresse de son seul enfant, de son tout petit qui se trouvait maintenant tout seul. Elle avait tenté de contacté son père, pour qu'il vienne au moins récupérer l'enfant. Mais elle avait juste appris qu'il s'était remarié, qu'il avait une nouvelle famille et qu'il ne voulait plus entendre parler d'eux. Sa dernière pensée fut une excuse muette pour son bébé. Elle avait été une mauvaise mère, elle ne pouvait plus l'aider. Dans un dernier souffle elle lui demanda de réaliser ses rêves, de vivre même si c'était dur sans elle. Deux jours passèrent avant qu'on ne vienne prendre des nouvelles. Deux que le petit était penché sur le corps froid de sa génitrice. Deux jours que son enfance, son innocence étaient mortes avec elle. On enterra le cadavre rapidement, près de la cabane qui leur servait de maison à présent. Le garçon libéra les pokémon de sa mère, s'excusant auprès d'eux de ne pas l'avoir sauvé. Il brûla leur maison. Et s'enfuit loin de Lavandia, avec les luxeballs de sa mère. Son seul souvenir d'elle, un cadeau de son père quand ils étaient au début de leur relation. Un jour, sa mère lui avait dit qu'après lui, son père et ses pokémon, c'était son bien le plus précieux.

Le gamin était parti dans le désert, inconscient de sa situation précaire. Il n'avait que très peu de chance de survie là-bas, mais il ne s'en doutait pas, ou s'en fichait. Il était seul, il était perdu. Il avait l'impression d'être mort à l'intérieur. Le garçon ne pourrait plus jamais sourire. Plus jamais rire. Il ne pouvait même plus pleurer car il avait déjà épuisé toutes les larmes de son corps. Il n'y avait pas d'avenir pour un être comme lui. Il n'avait plus rien. Il marcha, marcha. Et s'effondra dans le sable, à bout de force. Il n'avait pas mangé depuis trois jours, il n'avait pas d'eau. Il allait mourir là, dans le désert et personne ne le saurait jamais. C'était aussi bien comme ça. Le gamin avait la satisfaction d'échapper une dernière fois à son père. Il ne le trouverait jamais, jamais plus. Doucement il ferma les yeux. Une dernière larme coula, se perdit dans les grains de sable. C'était la fin, c'était terminé. Le seul regret du petit, c'était de n'avoir pas tenu sa promesse, la dernière volonté de sa mère. Il n'avait pas réalisé son rêve, il n'avait plus de famille. Son coeur se serra. Il avait fait honte à sa chère maman. Il hurla une fois sa colère, son désespoir. Et il sombra dans les ténèbres.

Le jeune homme se redressa, laissant de côté la plante qu'il était en train d'examiner. Il chassa les souvenirs qui avaient envahis son esprit quelques minutes plutôt. Il ne devait pas y penser, cette époque était révolue. Il était toujours vivant et avait réalisé sa promesse, c'était tout ce qui comptait. Il avait sa famille et il avait voyagé. Maintenant, il avait un nouveau but dans la vie. Il aidait le Professeur Seko, devenu bien trop vieux pour voyager. Alors il parcourait Hoenn a sa place pour étudier les plantes et le comportement des pokémon face à elles, dans les forêts principalement. Ils espéraient trouver de nouveau médicament grâce aux plantes que les pokémon utilisaient naturellement pour se soigner. Le jeune adulte sourit à cette pensée. Sa mère serait probablement très fière de lui si elle était encore de ce monde. Mais la nature en avait décidé autrement et l'homme ne le saurait jamais. Il ne pouvait qu'imaginer son doux sourire, qui l'encourageait.

-Hey Kentai, vient voir ! s'écria soudainement une voix.

Le susnommé soupira. Son collège Henry avait encore trouvé quelque chose. Il espérait simplement que ce n'était pas à nouveau un champignon déjà connu. Son ami lui avait déjà fait le coup plusieurs fois. Kentai rassembla ses affaires et se dirigea donc vers la voix. Il ne tarda pas à le trouver, quelques mètres plus loin sur la droite. Et devant la scène, il écarquilla les yeux. Ce n'était pas un champignon, non. Il constata avec effarement qu'il s’agissait d'un pauvre Chenipotte sans défense qui se débattait au sol. Visiblement, sa tête était coincée dans un cordage. Une bouffée de colère monta dans le corps du jeune homme. Un piège, pensa-t-il. C'était encore un coup de ces braconniers sans scrupule ! Il fallait faire vite avant que la pauvre petite bête ne se fasse plus de mal. Avec prudence, le jeune homme dépassa son collège et s'avança jusqu'au niveau du pokémon insecte. Il devait faire attention à ne pas blesser le Chenipotte mais aussi à ne pas se blesser lui-même.

-Chuut, tout va bien, commença doucement le garçon. Je vais t'aider d'accord ? Ne bouge pas s'il-te-plait.
-Nipotte...

Le petit pokémon ne semblait pas spécialement convaincu, mais il n'avait pas le choix. Il n'arriverait pas à se délivrer seul et ses amis l'avaient laissé derrière, complétement affolés. Kentai approcha délicatement sa main pour montrer sa bonne intention. La larve se raidit visiblement mais se força à ne pas bouger. Doucement, le jeune homme étudia le piège. C'était un système simple mais terriblement efficace. Le seul moyen, c'était de coupé la corde, mais il n'avait rien pour se faire. Il regarda autour de lui. Il n'y avait rien pour l'aider. Kentai allait devoir faire appel à un de ses amis. Il caressa le corps tremblant du pokémon pour le consoler un peu avant de sortir une pokéball de sa ceinture. Il l'a présenta au Chenipotte.

-Je vais faire appel à un ami pour te sortir de là, expliqua calmement Kentai. Tu vas voir, c'est un ange.

Le Chenipotte avait l'air de comprendre alors le dresseur n'hésita pas. Il libéra son compagnon de toujours. Castiel, un magnifique Libégon, s'étira, tout heureux de pouvoir prendre l'air. Il cria une fois pour signifier sa joie mais observant la situation, il comprit rapidement que ce n'était pas le moment de faire la fête. Son dresseur le regarda et en un instant, les deux furent en parfaite harmonie. L'un comme l'autre savait ce qu'on attendait de lui. Le pokémon volant se posa au sol le plus doucement possible et renifla le pokémon rose. Il lui fit une petite lichette pour le réconforter avant de s'attaquer au problème. Il utilisa tout d'abord sa capacité Aiguisage pour s'assurer de réussir d'un coup afin d'éviter du stress supplémentaire au petit pokémon piégé. Puis attentivement et très concentré, il glissa une de ses griffes entre le cou et le fils, avant de tirer d'un coup sec.

Heureusement le piège se casse immédiatement, libérant le Chenipotte. Celui-ci ne perdit pas un instant et après avoir remercié ses sauveurs, il retourna à l'abri de la forêt pour retrouver les siens. Le jeune dresseur le regarda partir avec le sourire aux lèvres. Puis il ordonna à Castiel de détruire l'horrible piège. Il avait horreur des hommes comme eux, ils étaient un danger pour les pokémon, la planète et même pour les autres. Si quelqu'un avait marché sur ce collier, il aurait pu y perdre son pied dans le pire des cas. Le dragon eut vite fait de s'en débarrasser. Puis il se mit à tourner autour de Kentai avec joie, heureux de revoir son ami. Le Libégon était plein de vie, ce qui fit rire le collège du jeune homme.

Il s'était réveillé grogi, complétement perdu. Il y avait beaucoup de bruit autour de lui mais il ne comprenait rien. Pas un mot. Il se redressa sur ses petits coudes pour observer tout autour de lui. Et il écarquilla les yeux. Ce n'était pas des humains qui étaient autour de lui mais des pokémon ! Un petit groupe de pokémon du désert très certainement car le petit garçon constata rapidement qu'il était encore sur du sable et que le soleil tapait toujours aussi fort. Aussitôt ce constat fait, le gamin ressentit la soif. Il poussa un petit cri de joie en voyant un point d'eau juste à côté de lui. Il se jeta littéralement dans le liquide frais. Il but jusqu'à plus soif et en profita pour se nettoyer un peu. Puis il reprit son observation. Il était certainement à ce qu'on appelait un oasis. Et il était avec des pokémon de toutes sortes.

Il y avait des Cacneas, des Balbutos, un Libégon et un Kraknoix. Le gamin comprit rapidement que ces pokémons l'avaient sauvé. Alors il resta avec eux, parce qu'ils voulaient bien de lui. Il resta pendant un an ou deux avec eux, il ne sut jamais exactement. Il avait bien grandi et avait beaucoup appris. Le gamin était devenu très ami avec le Kraknoix qu'il avait surnommé Castiel. Puis un jour le bonheur fut chassé impitoyablement. Un groupe de braconniers. Ils eurent rapidement raison du Libégon protecteur et le reste des pokémon ne purent rien faire. Kentai se cacha avec Castiel, sachant pertinemment qu'il ne pourrait rien faire. Ils étaient alors seuls. Et plein de vengeance. Ils s'entraînèrent sérieusement et c'est ainsi que le Kraknoix devient le tout premier pokémon du jeune garçon.

Une année passa. Kentai et Castiel avaient grandi, physiquement et mentalement. Et ils avaient accueilli des amis dans leur petit groupe. Le jeune dresseur avait voyagé dans tout Hoenn avec détermination. Quand certains chassaient les Teams, lui en avait après les braconniers. Qu'il ne tarda pas à trouver. Et même si ce fut compliqué et dur, que les blessures étaient nombreuses, le dresseur réussit à les mettre hors d'état de nuire. C'est comme cela qu'il commença à se faire un nom. Il fut contacté par quelques challengers dont il ne fit qu'une bouchée. Il eut même l'occasion d'affronter un champion d'arène qu'il acheva avec brio. Mais Kentai ne voulait pas continuer le chemin des arènes. Il ne voulait pas tenter le parcours de la Ligue Pokémon. Il ne voulait pas se tourner vers les Concours non plus. Le professeur le contacta peu après, lui proposant de l'aider dans ses travaux. Ce que le jeune accepta. Et il gagna encore en notoriété. Pour arriver là où il en était.

-T'es vraiment un pro avec les pokémon sauvages toi ! le félicita son compagnon de voyage.

Kentai ne répondit que par un sourire mais il avait une hypothèse sur cette aisance avec les pokémons sauvages. Ayant grandit avec un groupe d'entre eux, il avait sans doute gagné une assurance envers eux quand les autres éprouvent une certaine crainte à cause de leur ignorance. De ce fait, il n'était pas étonnant de voir que le jeune homme parvenait à se familiarisé avec les sauvages aussi facilement. Castiel frotta sa joue énergiquement contre son dresseur pour attirer son attention, que le jeune homme lui accorda rapidement pour son grand plaisir. La libellule avait toujours eu besoin de beaucoup d'attention, depuis son plus jeune âge. Et Kentai était plus qu'heureux de lui en fournir à souhait. Après tout, il était son pokemon, son premier partenaire. Le premier membre de sa famille nouvelle. Et ça restera comme ça pour toujours, peu importe ce qui pourrait se passer entre eux dans l'avenir.

Avenir qui ne tarda pas à se montrer justement, sous la forme de deux personnages plutôt louches. Ils étaient à quelques mètres de nos deux chercheurs, occupés dans une dispute pour le moins bruyante. Kentai ne parvenait pas à déterminer le sujet de la bataille, mais cela semblait plutôt important pour eux. Ils étaient habillés d'une façon plutôt originale et voyante, pas le genre de tenue qu'on mettrait normalement pour une promenade en forêt. Ce détail alerta immédiatement le dresseur qui s'empressa de pousser son collègue dans les sous-bois adjacents. Dans le même temps il fit signe à Castiel de se taire et de ne plus bouger, ce que le Libegon fit à toute vitesse, allant même jusqu'à se cacher derrière son maître comme il avait l'habitude de le faire lorsqu'il avait peur. Kentai le rassura en posant sa main sur son museau avant de reporter son attention sur le duo improbable.

Les deux hommes s'étaient déplacés juste à l'emplacement du petit groupe. Si le jeune homme avait réagit une seconde plus tard, ils auraient été vus à tous les coups. Mais pour le moment ils étaient en sécurité, autant qu'on puisse l'être dans pareille situation. Ils pouvaient voir que l'un était blond alors que l'autre semblait chauve et beaucoup plus costaud. Maintenant il n'était pas difficile d'entendre la raison de la dispute entre les deux hommes étranges.

-Je te dis qu'on est pas au bon endroit ! s'énerva le premier inconnu.
-Bien sûr qu'on est au bon endroit, répliqua le chauve avec colère. Y avait des traces, il est dans l'coin pour sûr.
-Explique moi où alors, parc'que j'vois nada moi !
-Attend, j'ai une idée pour le faire sortir de sa cachette le môme.

Cela étant dit, l'inconnu se dirigea vers un buisson, à l'opposé des deux jeunes gens. L'homme baraqué secoua vivement les feuilles jusqu'à ce qu'un petit Chenipotte vienne à chuter sur le sol. Kentai reconnut non sans mal le petit insecte qu'il venait de sauver, quelques minutes plus tôt. La marque du collier était encore visible. Sans vraiment savoir pourquoi, le jeune garçon sut de suite que ça allait mal se passer. Peut-être à cause de l'accoutrement ridicule des deux inconnus, ou encore le ton employé durant la conversation. Un ton froid, distant. Implacable et sûr. Comme si rien ne pouvait les atteindre, comme si ils étaient intouchables. Que tout leur était permis. En tout cas, Kentai ne se sentait pas bien du tout en observant la scène. Et il eut bien raison.

Le malfrat, car il ne pouvait que l'être, s'empara méchamment du petit pokemon. Celui-ci se mit à se débattre et à hurler à sa façon pour s'échapper. La poigne se resserra sur le Chenipotte dont le souffle s'étouffait dans sa gorge de se retrouver ainsi comprimer. Le dresseur voulut aussitôt l'aider mais son collègue scientifique le pria silencieusement de ne pas se montrer. Il avait peur, très peur. Sans savoir qui étaient ces deux malotrus, il en était arrivé à une conclusion presque certaine : une Team. Oui, comme ces affreuses Magma ou Aqua fut un temps. Un groupe de criminel prêt à tout pour parvenir à ses fins, sans prendre compte des dommages collatéraux. Ces deux hommes étaient habillés de la même façon. Un uniforme identique, composé d'une veste et d'un pantalon, de botte de marche et d'un béret. Le plus distinctif restant la couleur : bleu et rouge. Mais, pas n'importe comment. Le côté droit tout bleu, de la tête aux pieds. Le côté gauche, entièrement rouge. Une association très ridicule mais pourtant si significative. Par contre, le chercheur aurait bien été dans l'incapacité de déterminer la Team en question.

-Aller gamin ! s'écria le méchant homme. J'sais que t'es là alors montre toi si tu veux pas qu'le tiot souffre !

Kentai serra le poing. Gamin ? Ils en avaient donc après quelqu'un alors. Et ils se servaient de ce pauvre Chenipotte pour parvenir à trouver leur cible. Le garçon était empli d'une colère sourde. Il n'en revenait pas ! Le brun n'aurait même pas été surpris d'apprendre que c'était les braconniers qui avaient posé le piège de tout à l'heure. Castiel grognait doucement dans son dos, lui aussi de mauvaise humeur. Mais par soucis de protection envers son ami, le jeune ne voulait pas, ne pouvait pas se montrer. Alors il espérait de tout coeur que la cible des deux malfrats allait vite pointer le bout de son nez pour qu'ils relâchent le pokemon. Une minute passa, puis deux. L'étrange individu lançait des menaces de temps à autres, tandis que l'autre s'impatientait. Puis, l'attente fut de trop.

-Tu l'as cherché gamin ...
-NON !

Le pauvre insecte hurla une dernière fois avant de pendre mollement dans la main du criminel, ensanglantée. Kentai avait réagi trop tard pour sauver le Chenipotte et maintenant, il se dressait seul devant les deux hommes en rouge et bleu. Ces derniers le regardaient avec des yeux surpris tout d'abord, puis avec un air carnassier. Le dresseur se campa sur ses jambes, une main planant doucement sur sa ceinture, frôlant ses amis. Le meurtrier se débarrassa du corps sans vie d'un geste brusque, ne montrant aucune pitié et aucun remord.

-Tient tient, regardez qui voilà...
-Vous allez payer pour ça !
siffla le jeune homme, tremblant de rage.
-Ouais ouais, t'vas nous suivre gentiment et fissa.
-Certai-
-Oh que si mon coco !
intervient le premier inconnu, silencieux jusque là. On t'cherche depuis des semaines alors tu vas ramener ton cul au QG sans faire d'histoire !

Les deux malfrats venaient de sortir chacun une pokeball pendant ce temps. Castiel sortie à la suite, en réaction vers la menace immédiate sur son dresseur. Sans les quitter des yeux, il grogna plus fort tout en se plaçant à côté de Kentai. Ce dernier serrait toujours le poing. C'était lui alors, qu'ils voulaient ? Mais pourquoi ? Il ne les avait jamais vu, jamais entendu parler d'eux avec leur accoutrement bizarre. Il n'avait rien fait de mal qui justifie une telle attention, ou de bien. Il n'avait tout simplement rien fait, il était un jeune homme tout à fait ordinaire. Alors pourquoi ? Pourquoi ce pauvre pokemon était-il mort parce qu'on le cherchait et que lui se cachait dans des buissons ? Pour le coup, c'était beaucoup de questions pour trop peu de réponses, ce qui énerva un peu plus le jeune dresseur.

-Si c'est ce que vous voulez ...

Pas de doute, les criminels en avaient après lui et ils étaient prêt à se battre pour ça. Et surement pas de manière très loyale, de ce que le brun avait vu de leur méthode. Alors pas le choix, il allait devoir combattre pour sa vie et celle de sa famille sans doute. De plus, Henry était peut-être encore caché. Il ne pouvait pas prendre le risque que celui-ci soit blessé. Même si secrètement, Kentai espérait qu'il ait profité de la situation pour s'enfuir et aller chercher de l'aide et la police. Parce que même si son équipe était puissante, le dresseur doutait de tenir longtemps face à deux adversaires sans foi ni lois. Il fallait prendre les mesures que la situation imposée.

-On va voir si t'es vraiment un Seikon ! cracha le blond.

Un quoi ? Kentai ne comprenait rien à ce que disait l'homme mais il n'avait pas le temps d'y réfléchir pour le moment. Le costaud et son pote venaient d'envoyer un Seviper et un Mangriff à l'attaque. Calmant son Libegon, le jeune dresseur fit appelle à Scan, son Vacilys et Lottys, la Camérupt. Le combat s'engagea et très vite, les attaques fusèrent. Ce fut long et difficile mais Kentai parvient à gagner avec acharnement et grâce à la détermination de ses pokemon. Scan, Lottys, le Kaimorse Grimak et Xao la Lineon étaient hors combat. Ne restait que Castiel et Nath, Gardevoir de son état. Mais ils étaient vainqueur. Les deux malfrats n'avaient plus de pokemon pour continuer. Kentai pensait en avoir terminé.

-Putain de merde ! jura le blond avec colère.
-Ce petit con, il - !
-Allons, allons. Qu'est-ce donc que ce rafus inutile ?

Kentai se tourna aussitôt vers cette nouvelle voix, fixant méchamment l'arrivant. Ce dernier était habillé à la manière d'un scientifique, portant une blouse et des lunettes de protections ainsi que des gants. Mais pas de doute, c'était bien un ennemi, avec un vêtement bleu et rouge d'aussi mauvais goût que les uniformes des deux criminels. Le garçon ne savait que faire. Son équipe était blessée, en mauvaise condition et il n'avait nullement le temps de s'en occuper. Castiel tenait à peine debout et Nath ne pourrait jamais tenir un combat aussi éprouvant que celui-ci toute seule. Henry n'intervenait pas, Kentai s'était donc fait à l'idée que son collègue avait réussi à s'enfuir. Mais les renforts arriveraient-ils à temps ?

-Monsieur, c'est lui ! expliqua le costaud avec hargne. C'est le gamin qu'on cherche !
-Voyez-vous ça ... Intéressant.

Le scientifique, car il ne faisait aucun doute que c'était sa fonction, s'approcha du jeune homme. Kentai recula et se retrouva bientôt derrière ses pokemon, qui étaient prêt à le protéger contre ce nouvel adversaire. Mais celui-ci ne s'approcha pas plus et préféra sortir un étrange appareil de ses poches. Il n'était pas bien grand mais le dresseur aurait bien été incapable de le décrire plus en détails, ne l'apercevant que mal entre ses deux amis. En tout cas le scientifique l'activa sans doute car un "bip" retentit bientôt. Quelques grésillements, puis plus rien. Qu'était-ce donc que toute cette mascarade ? Toujours plus de questions pour toujours moins de réponses.

-Hum... Le scientifique semblait déçu. Non, ce n'est pas un Seikon, je suis formel.
-Mais enfin Monsieur Kagaku ...
-Suffit !
-Mais bordel, qui êtes-vous et qu'est-ce que vous me voulez ?! Répondez !

Le brun perdait petit à petit son sang froid, n'appréciant pas du tout le fait qu'on l'attaque sans raison pour ensuite dire qu'il n'était finalement pas ce qu'il croyait qu'il était. Le tout sans aucune explication bien entendu. Le scientifique se tourna vers le jeune homme et lui offrit un regard rempli de haine et si dédaigneux que Kentai en recula un peu.

-La ferme, déchet ! Ne me donne pas d'ordre, espèce de sous-espèce dégénérante !

De toute évidence, cet homme n'aimait pas recevoir des ordres ou des questions. Du scientifique calme, il s'était soudain transformé en une furie dégoulinant de mépris. Ce qu'il ne tarda pas à montrer en envoyant un terrifiant Tyranocif au combat. Castiel et Nath se mirent en place sans attendre l'ordre de leur dresseur, voulant le protéger coûte que coûte. Soudain, le pokemon roche se met à briller sans raison, éblouissant Kentai et ses pokemon. Lorsque la lumière a disparue, Castiel était au sol, immobile et le Tyranocif s'était métamorphosé. Le jeune garçon ne tarda pas à comprendre qu'il s'agit d'une Méga-Evolution, dont il a entendu parlé il y a peu. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir plus loin.

-Nath, utilise Psyko !
-Ultralaser, gros balourd !

La pauvre Gardevoir ne put lancer son attaque. Trop affaiblie par son combat précédent, elle ne fut pas été assez rapide. La puissance dévastatrice du rayon incendiaire la projeta contre son dresseur qui se retrouva au sol, face contre terre. Kentai et son équipe n'étaient plus capables de se battre, ils étaient anéantis. Le scientifique riait comme un dément, fier de son petit exploit tandis que les deux criminels se dirigeaient vers le garçon, un regard mauvais sur le visage. Cependant, ils n'eurent pas le temps de toucher le dresseur qu'un son brisa le silence. L'appareil du troisième malfrat vibrait et sonnait à en perdre la raison, sous le regard empli d'étonnement de ce dernier.

-C-C'est pas vrai ... mais alors s'en est un ... balbutina le scientifique.
-...Vous allez...le regrettez...

Difficilement, Kentai se redressa sur ses jambes, tête baisée. Il tenait à peine debout et la vérité, c'était qu'il n'aurait pas dû pouvoir. Mais il y arrivait, sans trop savoir pourquoi ni comment. Sans même savoir ce qu'il allait faire. Le jeune homme ressentait une énergie nouvelle, étrange circulait dans tout son corps et plus particulièrement dans sa main droite. Celle-ci agrippa une de ses luxeballs et la garçon sentit l'énergie passer de l'un à l'autre. A ce phénomène, Castiel se releva également, non sans une petite aura de couleur rouge. Ni le dresseur, ni le pokemon ne savaient ce qui se passer mais une chose était certaine : il était temps de se battre. Le Libegon chargea avec une force extraordinaire le Tyranocif qui s'écroula au sol dans la surprise générale. Puis le Dragon enchaîna avec un terrifiant dracochoc et termina avec un Ultralaser à bout portant. Le Tyranocif n'avait pas eu le temps de réagir et était hors combat. Castiel reprit sa place auprès de son dresseur, avant de s'écrouler de fatigue.

Au moment où son pokemon chuté, Kentai se sentit vider de ses forces. Il tituba un peu, avant de tomber sur le sol à son tour. Son corps était lourd, terriblement lourd et il avait du mal à garder les yeux ouverts. De leur côté, les deux malfrats et le scientifique étaient bouches bées. Les deux premiers ne comprenaient rien, tandis que l'autre était fasciné au-delà des mots. Kentai le vit commencer à s'approcher, une lueur avide dans le regard. Il pria mentalement Arceus de lui venir en aide. Le jeune homme n'eut que le temps d'apercevoir une silhouette floue bloquait la route aux criminels avant que les ténèbres ne le réclament définitivement. Il sombra dans l'inconscience avec ses pokemon pour dernière pensée.

_________________

Silver M.Lyüra
« Death is natural. Natural is beautiful. Death is beautiful. » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terra Branford
The Hopeful Esper Staff
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 12/05/2015

MessageSujet: Re: The Brand Heirs [En cours 1/?]   Ven 24 Juil - 14:18

G pa lu lol

Pluuuus sérieusement, c'est super cool, très bien écrit (comme toujours) et j'ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner. Du coup t'es obligée d'écrire la suite, uhuh~

(C'était l'avis constructif de Terra, qui a la flemme d'écrire un pavé)

_________________

The Esper
The nature of magic exists between Balance and Ruin… © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver M.Lyüna

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 23
Localisation : A toi de me trouver.

MessageSujet: Re: The Brand Heirs [En cours 1/?]   Ven 24 Juil - 18:11

Super merci ! J'vais devoir me remettre à l'écriture *meurs*

Un grand merci à toi ♥ Ton avis m'est d'une grande aide, et oui ça va me forcer à continuer, c'était en partie ce que je voulais aussi XD Bref, je sais pas quand arrivera la suite, mais elle arrivera !

_________________

Silver M.Lyüra
« Death is natural. Natural is beautiful. Death is beautiful. » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Brand Heirs [En cours 1/?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Brand Heirs [En cours 1/?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .
» [En cours] Lapin minuteur
» la cours du voïvode et son armé (1500point)
» Cours d'harmonica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy: War Of Valhalla :: Flood :: Galerie-
Sauter vers: