AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les chimères d'une poupée… || Terra Branford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Terra Branford
The Hopeful Esper Staff
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 12/05/2015

MessageSujet: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Mar 12 Mai - 22:23


The nature of magic exists between Balance and Ruin…


Branford ▬ Terra ▬ Appelée "maman" par les enfants de Mobliz ▬ 20 ans ▬ Hellheimienne ▬ Mage Rouge


Description Physique
Am I really human ?

Physiquement, Terra semble être une personne tout ce qu'il y a de plus normale. Petite, elle a une corpulence plutôt fine, qui ne l'empêche cependant pas de savoir manier l'épée avec une certaine habileté. Les autres armes sont moins à sa portée, cela dit. Elle revêt généralement des vêtements légers et colorés, tous faits de tissus, comme nombre d'habitants du Monde de Balance. Une ceinture de soie enserre toujours sa taille et, bien souvent, le fourreau d'une épée plaqué contre son flanc. De plus, elle rattache toujours ses cheveux bouclés et verts, quoiqu'avec quelques reflets blonds, avec un ruban. Son visage est plutôt fin, ses grands yeux violets plutôt écartés, son nez petit par rapport à son visage. Dans l'ensemble, elle est plutôt jolie, du moins selon le roi Edgar, quoique celui-ci ne soit pas la plus fiable des sources. Son apparence menue et ses capacités naturelles, et insoupçonnées à Balance, font d'elle une mage accomplie. Elle maîtrise aussi bien la magie blanche que noire, bien que les sorts de feu soient sa prédilection.

Mais cette fragile apparence en cache une autre, terrifiante, monstrueuse. Celle d'une Chimère. Lors de ses métamorphoses, sa peau prend une teinte rose, mauve par endroits, et des touffes de poils violettes parsèment ses poignets et ses pattes griffues. Ses yeux deviennent jaunes, voire rougeâtres, et ses cheveux flottent au vent. Dans ces moments, elle ressemble à une bête sauvage, avec ses grands crocs, et la puissance magique qu'elle émane. A vrai dire, seuls certains proches seraient capables de la reconnaitre dans ces moments-là, et de l'approcher sans la craindre.




Histoire.
Before the fall

Un amour entre une humaine et une Chimère est-il possible ? Peut-être certaines légendes parlent-elles de telles romances, mais dans les faits, il n'y en a eu que très peu. La rencontre entre les deux espèces semblait à vrai dire impossible. En effet, les Chimères vivaient dans un autre monde, dans lequel jamais un humain n'avait pénétré... Cependant, un jour, le monde des Chimères commença à s'agiter à la vue d'une jeune femme évanouie devant la porte qui reliait les deux mondes. Aucune des créatures magiques n'osa s'en approcher, à l'exception d'un dénommé Maduin. Après un certain temps de repos, elle reprit ses esprits...

Pourquoi avoir fui le monde des hommes ? L'avarice et la haine règnent là-bas. Je ne veux plus y vivre... La jeune femme, Madeline, avait hélas raison. Après les mille ans de paix qui avaient suivi la guerre de Magi, le monde de Balance, dénué de magie, avait recommencé à sombrer dans la déchéance. Elle tenta bien sûr de regagner son monde, après un moment. La cohabitation entre les deux espèces n'était probablement pas possible. Mais Maduin la rattrapa à temps, juste à temps pour la retenir. Il eut tort. Mais cela, aucun des deux futurs amants ne pouvait le deviner.

Naquit de leur union une hybride unique, qui semblait étrangement ne pas manifester la moindre caractéristique propre aux Chimères. Certaines ressemblaient bien à des humains, mais d'autres étaient totalement différente, d'où l'étonnement des proches. Cependant, elle était bien dotée de pouvoirs magiques, héritage qui ne pouvait provenir de ses ancêtres humains. Le nom de la fillette ? Terra. Elle vit le jour au cœur de la saison où le monde se pare d'une teinte brune et dépérit. Balance, voilà son signe astrologique. Balance comme le nom du monde dont sa mère était originaire. Un monde en péril.

Elle n'était qu'un bébé lorsque tout arriva. Le monde des Chimères avait de nouveau été découvert par des humains, mais leur motivation était loin d'être noble. Ils cherchaient à prendre possession du pouvoir magique de ces créatures, les humains n'en possédant plus depuis des siècles. Elle ne pouvait pas agir, ni même comprendre, naturellement. Et, en y repensant, elle se sent un peu coupable de ne pas être indignée face aux accusations que les Chimères crachaient à sa mère. Elle ne la connait pas vraiment, certes, mais elle estime qu'il serait normal de faire plus que comprendre l'injustice de la situation dans laquelle Madeline se retrouvait. Ce n'était pas faute de vivre avec les Chimères pourtant. Mais celles-ci ne la croyaient pas lorsqu'elle clamait n'avoir aucun lien avec ce prétendu... Empire.

A cause de cela, la jeune femme avait fui, sa fille dans les bras. Cherchant à abandonner ce monde qu'elle préférait pourtant à celui de Balance. Elle avait couru jusqu'à la porte, où elle avait fini par sombrer dans l'inconscience. Pas Terra. Puis, soudain, toutes les personnes présentes furent aspirées vers l'autre monde, la porte se refermant derrière eux, et ce pour toujours... En principe. Son père était à l'agonie, ce à cause du choc qu'il venait de subir. Et sa femme n'était pas dans un meilleur état... La petite, elle, allait en revanche bien. Gestahl, l'empereur, avait aussi été plus résistant que le couple. Il saisit l'enfant, n'écoutant pas les plaintes de la mère. Il avait compris qu'elle était une hybride. Et ses pouvoirs étaient précisément ce qu'il recherchait.

Par la suite, elle fut emportée vers l'Empire. Un continent où la population était protégée des puissants monstres errant à l'extérieur – mais aussi surveillée – par les soldats de l'armée. Métier honorable pour certains, ignoble pour d'autres. La petite hybride fut élevée dans la capitale, Vector, dont les prouesses technologiques n'étaient égalées pas même de Figaro. Elle passa son enfance et son adolescence entre les murs du palais impérial, ce qui ne l'empêcha pas de pouvoir observer cette ville d'accueil devenir de plus en plus sinistre au cours du temps. Mais ce n'était rien comparé au laboratoire situé non loin de sa "maison"...

Elle fut encadrée par des gardes ou des scientifiques désirant en savoir plus sur ses capacités magiques. Par exemple, cet homme étrange, avec une moustache et un costume évoquant légèrement une banane. Durant sa petite enfance, il l'avait longuement observée, notamment pour ses pouvoirs qui grandissaient au fil du temps. A l'époque, elle était trop jeune pour le comprendre, mais la magie allait devenir la clé des plans de conquête de l'Empire. Ce qu'ils avaient découvert en pénétrant le monde des Chimères avait déjà permis de grandes avancées, mais sa personne demeurait apparemment un spécimen intéressant. Elle avait peur au début, mais elle finit par apprendre à rester docile quoi qu'on lui fasse. Ils ne l'avaient jamais blessée – jamais sérieusement, en tout cas – alors elle n'avait sans doute pas besoin d'être effrayée. De toute manière, elle ne pouvait pas partir d'ici.

Le reste du temps, des gardes la surveillaient. Montant la garde devant sa "chambre", une modeste pièce contenant certes tout ce dont elle avait besoin pour vivre, mais peu confortable. C'était oppressant, elle haïssait cela. C'est sans doute pourquoi, aujourd'hui, elle hait les endroits bondés, ou être trop près d'inconnus, bien qu'elle ne se rappelle pas de cette époque lointaine. Pourquoi la garder à l'œil ? Parce qu'elle risquait de s'enfuir, du haut de ses quatre ou six ans ? Ou bien d'attaquer une cinquantaine de soldats armés ? Comme si elle en était capable...

Terra n'haïssait pas l'Empire, loin de là. Vector, le palais, c'était sa maison, et elle se souvenait avoir vécu ici toute sa vie. Ces traitements, elle s'y fit vite, et les trouvait normaux. Son quotidien n'était pas si terrible. De temps en temps, elle sortait de sa chambre, évidemment entourée de soldats, afin de visiter les lieux. Elle ne retint que peu de visages, puisqu'elle était très jeune à l'époque, mais elle s'intéressait aux personnalités du château. Elle ignorait tout des relations sociales étant donné le mode de vie qui lui était imposé, et voir d'autres personnes si différentes les unes des autres l'intriguait. Il y avait par exemple une fillette de son âge, seule au milieu des adultes, mais qu'elle n'avait jamais abordée. Elle semblait trop proche du scientifique à la moustache. Ou bien ce soldat à la peau brune, à l'avenir qu'on disait si prometteur. Il avait l'air gentil comme tout et, si elle avait pu le faire, Terra lui serait restée avec lui plutôt que des gardes secs et sans la moindre marque d'affection à son égard. Ou encore un soldat blond qui faisait beaucoup parler de lui, elle ne se souvenait plus trop pourquoi... Mais il demeurait à peu près reconnaissable, comme les deux autres, peut-être pour leur avenir commun dans l'armée. Pour le meilleur comme pour le pire...

Quelques années après son "adoption", elle apprit le début des expériences pour insuffler le don de magie aux êtres humains. Impossible de savoir comment les scientifiques pouvaient bien s'y prendre, d'autant plus pour elle qui utilisait ces pouvoirs de manière tout à fait naturelle. Mais elle commença à se douter de quelque chose en entendant, lors des études que l'on faisait sur elle dans le laboratoire, étant donné les bruits étranges émanant de pièces cachées qu'on ne lui avait jamais fait visiter. Peut-être était-ce pour le mieux, car ces sons... étaient vraiment, véritablement inquiétants, et pourtant elle n'aurait su les définir clairement.

Ce ne fut que plus tard, vers ses six ou sept ans, qu'elle apprit que le premier prototype de "Chevalier Magitech" – ou tout du moins, le premier étant sorti de la salle d'opérations – était un franc succès. Selon Gestahl, s'entend. Or il était surprenant qu'il n'eût jamais été détrôné, étant donné la justesse très relative de ses décisions. Les autres soldats, bien que fascinés au départ par la possibilité inespérée d'utiliser la magie, déchantèrent vite en voyant les quelques effets secondaires désastreux que l'opération avait provoqué. Terra, elle, était également heureuse, imaginant rencontrer enfin quelqu'un "comme elle", avec qui elle resterait lors des dures heures de la vie de cobaye.

Mais tout ce qu'elle espère ne se révèle être que chimères...

Tous les visages "familiers" disparurent un à un, sans qu'elle puisse leur adresser la parole ou agir. La fillette du même âge qu'elle finit par devenir introuvable également, même au laboratoire. On tentait là bas des expériences de plus en plus variées, testant généralement ses pouvoirs, et les comparant à ceux des tous nouveaux Chevaliers Magitech. Elle n'aimait pas vraiment cela, et rebutait parfois l'idée d'utiliser ses pouvoirs jusqu'à l'épuisement pour des propos qu'elle-même ne comprenait pas. A côté de cela, elle suivait une éducation fortement basée sur le patriotisme et la loyauté envers l'Empire. Docile, elle écoutait, croyait les beaux mensonges qu'on lui servait. Acceptait les expériences les plus désagréables. Comme une petite poupée.

Cette vie ne lui déplaisait pas du tout, ces aspects tout du moins. Elle avait toujours vécu ainsi de toute manière, mangeait à sa faim, et on l'autorisait même parfois à sortir du palais pour visiter Vector, escortée par des gardes évidemment. Faire sortir l'oiseau de sa cage pour qu'il ne tente pas d'en briser les barreaux, dirait un poète aux talents douteux. Et force est de constater que cela fonctionnait. Terra était un gentil toutou plutôt inoffensif, qui se contentait de rester seule dans sa chambre la plupart du temps, ses frêles épaules pesant sous le poids d'une solitude immense.

Vers ses quinze ans, lors d'une de ses rares sorties à Vector, elle reçut de la part d'un vieil homme bienveillant un Moogle, dont il souhaitait qu'elle se charge, puisque lui-même ne serait bientôt plus de ce monde pour tenir compagnie à la créature blanche. Naturellement, la jeune fille accepta, câlinant la bête et lui adressant quelques mots sur le chemin du retour. Mais une fois au palais, on lui arracha le Moogle des mains. La moindre de ses réactions faisait peur, voilà pourquoi on la condamnait à être seule. Personne ne savait vraiment ce dont elle était capable, quoi qu'en disent les tests... Elle ne broncha pas. Fit mine de rester indifférente, se pliant à la volonté des supérieurs. Comme toujours.

Ce furent ses dix-huit ans qui marquèrent un tournant dans sa vie. Tout commença lorsque le général Kefka eut une idée pour tester ses capacités de manière concrète. Du moins selon Gestahl, le futur lui révélant que ses intentions auraient pu être très différentes. Naturellement, elle ne refusa pas la proposition ; l'autorité du général l'en aurait de toute manière empêchée. Les joies de la hiérarchie. On lui avait demandé de rester assise sur une chaise, sans bouger. "Grâce à cette courronne, je te possèderai pratiquement !", disait le bouffon d'une voix aiguë, poussant un rire sinistre. A mesure qu'il s'approchait d'elle, elle commençait à paniquer. Ne pas broncher, c'est pour le bien de l'Empire, elle avait beau se répéter en boucle ces mots rassurants, elle ne pouvait pas s'empêcher d'angoisser. Elle sentait qu'elle allait perdre toute conscience et toute liberté de pensée. Et, alors qu'on plaçait la couronne sur la tête, elle hurla, d'une voix enragée autant que désespérée :

"Ne m'approchez pas !"

La Couronne d'Esclave était un outil magnifiquement utile. Son porteur obéissait à tous les ordres possibles. Et après avoir exécuté quelques manœuvres, sans s'en rendre compte évidemment, pour Kefka, ce dernier décida de passer aux choses sérieuses. Cinquante soldats Magitech d'élite, effacés de la surface de ce monde en l'espace d'à peine trois minutes, consumés par les flammes de Terra. Ce sacrifice était-il nécessaire ? Non, évidemment non. Mais il était si drôle de jouer avec une poupée parfaitement docile et obéissante... Ce qu'elle avait toujours été, Couronne ou non.

Cela dit, son utilité maintenant largement prouvée et sa loyauté assurée, elle pouvait partir accomplir des missions importantes pour l'armée. La première et la dernière fut l'expédition à Narshe. Accompagnée, comme toujours, de deux gardes, elle avait avancé dans les plaines gelées, sans prononcer un mot ni réagir le moins du monde à ce qu'ils disaient d'elle. Elle n'était pas même capable de penser... Simplement de suivre aveuglément la consigne du jour, trouver la Chimère gelée, Valigarmanda. Suivre. Obéir. Toujours. Mais la mission ne se déroula pas comme prévu...

"... Où suis-je ?"

La jeune femme aux cheveux verts s'était réveillée dans des draps gelés. Elle porta la main à son front, sentant qu'il lui manquait quelque chose. Or, c'était le cas. Non seulement on lui avait retiré la couronne, mais elle ne pouvait pas se souvenir de quoi que ce soit, son passé, son identité. Et sa tête lui faisait si mal... Aussitôt, un homme à l'air avenant la rassura, expliquant le fonctionnement de la Couronne. Cependant, malgré sa sympathie, elle n'était pas rassurée, bien que la douleur et la confusion puissent également être les sources de l'inquiétude qu'elle ressentait. Puis, soudain, quelque chose lui revint. Son nom. Elle s'en souvenait. Te... Terra.

"Ouvrez la porte !"

Les soldats de l'Empire arrivèrent devant la maison dans laquelle elle se trouvait. Aussitôt, l'homme lui demanda de sortir par la porte arrière, et de fuir aussi vite qu'elle le pouvait. Elle s'exécuta, ne pouvant rien faire de plus, et s'enfuit dans les mines. Le pas des soldats derrière elle... leurs appels... Son souffle de plus en plus fort... Ils se rapprochaient de plus en plus, l'acculèrent à un mur... Et le sol s'effondra sous ses pieds.

Lorsqu'elle reprit de nouveau connaissance, un jeune homme aux cheveux argentés était à ses côtés. Locke était son nom, bien qu'elle ne l'apprit que plus tard... Et il serait son premier compagnon dans le voyage qu'elle entamerait. Il venait de la sauver des gardes impériaux qui la suivaient, et cherchait à fuir la ville. Comme il le lui demanda, Terra prit note du lieu où se trouvait le passage, avant de quitter définitivement la ville. La jeune femme était gelée, et avançait péniblement, plongée dans ses pensées. Elle ne se souvenait vraiment de rien et, si elle arrivait à ressentir une vague inquiétude, la confusion primait toujours, et ses émotions semblaient vagues, presque effacées. Elle mettrait sans doute du temps à se ressaisir... Et à retrouver, peut-être, la mémoire.

Locke souhaitait qu'ils se rendent au palais de Figaro, pour parler au roi. Terra ne refusa évidemment pas de l'accompagner, n'ayant rien d'autre à faire, d'autant qu'il lui avait promis de rester avec elle jusqu'à ce que sa mémoire revienne. Peut-être que cela l'aiderait, de plus. Ce fut sur le chemin qu'elle commença à reprendre ses esprits. Elle n'avait aucun mal à marcher, mais de nombreuses questions demeuraient sans réponse. La route se déroula sans encombre, Locke connaissant apparemment bien le chemin. Après avoir traversé un désert aussi sec que Narshe était glaciale, ils parvinrent jusqu'à Figaro. C'était impressionnant. La bâtisse était immense, et remplie de gadgets dont elle ignorait totalement l'utilité. On la mena directement à la salle du trône, où elle rencontra un homme... étrange. Grand et blond, il lui adressa la parole sans la moindre gêne, se présentant sous le nom d'Edgar, roi allié de l'Empire pour lequel la jeune femme travaillait. Celle-ci n'était pas particulièrement à l'aise, cependant, se demandant pourquoi elle les intéressait tant. Ce à quoi il répondit... par des avances. L'hybride trouva la réaction étrange. Peut-être une femme normale l'aurait trouvé séduisant. Mais elle n'était pas tout à fait normale...

C'est alors qu'un garde survint pour annoncer la venue de membres de l'Empire. Terra voulut venir voir de qui il s'agissait, puisqu'elle-même était un soldat impérial, mais se ravisa, se souvenant qu'ils l'avaient poursuivie quelques jours plus tôt. Elle se contenta de laisser le roi y aller, et d'écouter, plaquée contre une porte, ce qu'il pouvait dire. Apparemment, il conversait avec un homme à la voix haut perchée nommé Kefka. Ce dernier recherchait une jeune fille, et l'intéressée ne tarda pas à comprendre qu'il parlait d'elle. Le souffle coupé, elle suivit le reste de la conversation au sujet de la "sorcière en armure Magitech" selon l'un, "fille ayant volé un objet de faible valeur" selon l'autre. Mais Edgar finit par en rire, disant que jamais il ne retrouverait une fille en particulier parmi les milliers que contenait ce monde. Si il y avait plus subtil, les soldats impérieux ne bronchèrent pas, et partirent sans demander leur reste. Peut-être qu'ils ajoutèrent autre chose, mais Terra n'en entendit pas plus.

Edgar revint à ses côtés, et ils discutèrent un peu, dînèrent ensemble en compagnie de l'argenté, dont elle appris le nom au cours du banquet. Le roi lui glissa à l'oreille qu'il était voleur, ce qui ne dérangea pourtant pas la jeune femme. Suite à ces quelques festivités, on demanda à Locke de l'amener à sa chambre. Il lui parla de la résistance, les Returers, qui agissaient contre l'Empire. Seulement... Elle ne comprenait pas pourquoi ils s'intéressaient à elle, alors qu'elle était leur ennemie. Ni pourquoi elle devrait les rejoindre, si ils complotaient contre son camp... Elle s'endormit avec une question obsédante dans la tête : de quel côté se ranger ? Sa nation qui lui voulait du mal, ou des inconnus qui cherchaient peut-être à l'utiliser pour ses pouvoirs ?

Elle se réveilla au milieu de la nuit. Une odeur persistante de fumée lui agressait les narines. Qu'est-ce que c'était ? Soudain, elle se leva, se rappelant de ce que signifiait ce parfum affreux. Du feu. Un incendie, comme ceux qu'elle avait provoqués autrefois sans s'en rappeler. Un feu qui consume et détruit tout sur son passage. Locke entra brusquement dans la pièce, lui demandant de le suivre sur la muraille la plus proche, sans lui expliquer quoi que ce soit. Elle le suivit, guettant les silhouettes de deux hommes sur le toit du bâtiment principal, n'entendant que des murmures incompréhensibles. Elle reconnut le roi et Kefka, du moins il lui semblait étant donné le ton de leurs voix respectives. Puis Edgar s'éloigna, et... sauta du toit ? Elle ne comprit pourquoi que lorsqu'elle le vit arriver, sous la muraille, sur le dos d'un oiseau jaune. Deux autres de ces bêtes l'entouraient et, instinctivement, elle sauta sur l'un d'eux. Son bassin lui fit atrocement mal lorsqu'elle atterrit, mais au moins, elle ne finit pas sur le sol. Locke l'avait imitée, et le trio fuit le château... Cependant, les soldats à dos d'armure Magitech les rattrapèrent, de même que Kefka. Le combat était inévitable. Sans réfléchir, Terra libéra ses pouvoirs... Au grand étonnement de Locke et d'Edgar. La magie avait disparu depuis un millénaire, comment pouvait-elle l'utiliser ? Etrangement, leur réaction la blessa. Elle avait l'impression d'être monstrueuse... Mais très vite, les deux hommes la rassurèrent. Les remerciant, Terra reprit le combat. Une victoire écrasante, à la suite de laquelle le trio repartit à toute allure sur leurs "Chocobos". Abasourdie, Terra observa le château disparaitre dans le sable, comme par magie, alors que Kefka fulminait.

Tout s'était passé si vite... Et le palais avait été mis en flammes par l'Empire... Est-ce que le clown de petite taille qu'elle avait vu était une mauvaise personne ? Ni Locke ni Edgar ne répondit à cette question. En revanche, ils lui proposèrent d'aller dans le repère des Returners, afin d'y rencontrer Banon, leur mentor. Elle fut tentée de refuser. Bien qu'ignorant tout de l'éducation qu'elle avait reçue par le passé, son esprit demeurait fixé sur l'idée qu'elle appartenait à l'Empire. Mais elle n'avait pas d'autre choix que de leur faire confiance, pour le moment. Alors elle accepta. Comme l'avait dit Locke, elle pourrait choisir son destin lorsqu'elle aurait trouvé les réponses à ses questions... Oui, c'était décidé.  

Leur prochaine destination était South Figaro. Pour cela, le trio dut traverser une grotte étrange, très jolie et apaisante bien que remplie de monstres. N'étant jamais vraiment sortie voir le monde, la jeune femme était plutôt impressionnée de voir tous ces paysages, bien que sa principale préoccupation était de savoir quel camp choisir. Finalement, ils parvinrent dans la petite ville. Ils n'y demeurèrent pas bien longtemps, mais passèrent tout de même au café, où était attablé un personnage étrange, tout de noir vêtu. Edgar les dissuada d'approcher cet homme, Shadow, mercenaire si cruel et froid qu'il pourrait poignarder son meilleur ami pour une poignée de Gils. Un verre plus tard, elle partit, jetant un dernier regard à ce "Shadow".

Ils quittèrent bien vite la ville, et partirent pour les Monts Koltz. Quel chemin pour retrouver la base des résistants ! Et pourtant, le vrai voyage débutait à peine... Sur la route, ils trouvèrent une petite maison. Si ils souhaitaient seulement demander asile pour la nuit, Edgar remarqua vite quelque chose d'étrange à propos de la bâtisse vide ; elle semblait appartenir à son frère jumeau, Sabin. En y réfléchissant bien, Terra en avait entendu parler, à Figaro. Un frère... Edgar semblait l'adorer. Mais la jeune femme n'avait aucune famille à aimer, ni personne pour l'apprécier. Comment pourrait-elle comprendre le roi ?

Dès le lendemain, ils partirent pour la montagne. La traversée fut rude et les pouvoirs de Terra, qu'elle maîtrisait de mieux en mieux, très utiles, notamment lorsqu'il fallait soigner un éventuel empoisonnement. Tout au bout, ils tombèrent sur un combattant qui décida de s'en prendre à eux. Puissant et endurci par sa vie dans un lieu si inhospitalier, il terrassa violemment Terra, puis les deux autres. En était-ce déjà fini d'eux ? Non. A ce moment, un homme blond et aux traits familiers arriva, et vainquit le maître des arts martiaux. A moitié sonnée, l'hybride ne suivit pas exactement le combat, mais une fois celui-ci terminé, elle parvint à se relever. Le nouveau venu se présenta sous le nom de Sabin. C'était donc bien le frère d'Edgar... Les retrouvailles furent émouvantes, même si Terra ne fut pas plus touchée que cela. Elle aurait aimé, pourtant... Le blond décida de les accompagner, soutenant lui aussi la cause des Returners. Elle en profita pour remarquer qu'il ressemblait à un ours étant donné sa masse de muscles, ce qu'il prit étrangement bien. Finalement, ces personnes n'avaient pas l'air mauvaises... Bien qu'elle demeure méfiante à leur égard.

Leur traversée enfin terminée, le groupe de quatre arriva finalement jusqu'à une grotte dans laquelle se trouvait le repère de la résistance. On l'incita presque tout de suite à la rejoindre, parlant de choses qu'elle ne connaissait pas telles que les "Chimères", ce à quoi elle ne réagit évidemment pas bien. Elle nia lorsqu'on mentionna le meurtre de cinquante soldats de l'Empire. C'était forcément un mensonge ! Puis Banon, évoquant une légende, la supplia presque de devenir leur dernier espoir. Un énorme poids commençait à peser sur les épaules de Terra, des responsabilités auxquelles elle n'avait jamais fait face et qui la terrifiaient. Locke l'amena dans une pièce à part, où elle pourrait se reposer, et la rassura, cherchant à expliquer ses motivations. Il avait commencé à agir pour une personne qui lui était chère. Cependant, Terra ne connaissait pas de telle personne. Elle avait toujours été enfermée dans la solitude. Ce à quoi l'argenté rétorqua que l'inverse devait être vrai. Oui... Les résistants comptaient sur elle, et ses compagnons de voyage avaient été bienveillants, bien plus que les soldats en tout cas... Elle quitta les lieux pour délivrer sa décision à Banon, dont on lui indiqua qu'il se trouvait à l'extérieur.

"Je... vais vous rejoindre."

Elle avait peur, et ne le cacha pas. Mais la pression qu'exerçait le chef sur elle se relâcha, et il la rassura en disant que tous ensemble, ils pourraient vaincre. Elle le crut, et fit bien de le croire. Il lui demanda ensuite de réunir tout le groupe pour une réunion stratégique, ce qu'elle fit. Quelques minutes plus tard, tous se retrouvèrent attablés, à discuter des stratégies de l'Empire, fortement liées à celles utilisées lors de la fameuse guerre de Magi un millénaire plus tôt. Ce fut à ce moment qu'elle en apprit plus sur ce qui faisait fonctionner les armures Magitech, soit l'essence vitale des Chimères, selon les théories de Banon tout du moins. De plus, il aurait parlé de personnes auxquelles on pourrait insuffler le don de magie, une fois de plus grâce aux Chimères... Etait-ce son cas ? Non, ce n'était pas possible...

Commencèrent ensuite les préparations stratégiques. Le but était d'amener Terra jusqu'à Narshe de nouveau, afin de tenter de communiquer avec la Chimère qui se trouvait là-bas. Elle ne savait pas mieux que les autres si cela fonctionnerait, mais elle le ferait si il le fallait. Soudain, un appel retentit du fond de la caverne. Les Returners se précipitèrent vers le lieu d'où le son émanait, et virent un résistant s'effondrer devant eux, d'affreuses blessures partout sur le corps. Dans un dernier soupir, il parvint à signaler, avec peine, que South Figaro avait été assiégée par l'Empire, et qu'ils se dirigeaient vers la base. Il n'y avait pas une minute à perdre. Si Locke partirait enquêter à South Figaro, n'oubliant pas de prévenir au passage Terra de faire attention aux avances d'un certain roi, les autres s'enfuiraient vers Narshe. Suivant Banon, Edgar et Sabin, la jeune femme se dirigea vers la partie la plus humide de la grotte, qui donnait sur l'extérieur. Le groupe transportait un radeau qu'ils jetèrent à l'eau, avant de sauter dessus et de se laisser emporter par le courant de la rivière. Arrivés au bout du chemin, ils tombèrent sur une pieuvre violette très étrange, appelée "Ultros". Le monstre tenta de les attaquer. Terra usa de ses meilleurs sorts pour le vaincre, jusqu'à ce qu'il fuie dans l'eau. Sabin eut le malheur de le suivre... et disparut. Qu'est-ce qu'il allait advenir de lui ? Impossible de le sauver, car déjà le radeau dérivait au gré du courant...

Après une longue marche à pied, type de traversées auquel l'hybride commençait à s'habituer, ils parvinrent jusqu'à Narshe. Lorsqu'ils tentèrent d'avancer dans la ville, cependant, les gardes les firent fuir, criant qu'ils regretteraient toute éventuelle résistance. Narshe était une ville neutre, et y voir un officier impérial était inacceptable, notamment après le chaos causé plus tôt par l'Empire... Banon, puis Edgar reçurent des coups. Terra eut le bon sens de ne pas s'opposer à la garde, et alla plutôt soigner les maigres blessures des deux autres. Elle s'excusa auprès d'eux. C'était de sa faute, elle le savait... Ce fut à ce moment qu'elle se remémora la présence d'un passage secret conduisant aux mines, celui que Locke avait emprunté après l'avoir sauvée. Edgar le connaissant également, il ouvrit le passage. Terra ouvrit la marche, se rappelant à peu près du chemin à emprunter pour retourner chez le vieil homme qui l'avait accueillie. Après avoir traversé le pont qui menait à sa maison, ils entrèrent, et informèrent l'homme, Arvis, de leurs plans. Celui-ci leur informa de la situation en ville ; si Narshe restait désespérément neutre, notamment en ces temps troublés, ils accepteraient peut-être de laisser Terra parler à la Chimère.

Peu après, les autres membres de l'équipe les rejoignirent. A la grande surprise de Terra, ils avaient rassemblé d'autres personnes pour leur prêter main forte. Un noble guerrier plutôt âgé qui regardait de travers une jeune femme blonde. Elle avait bizarrement l'impression d'avoir déjà vu celle-ci, qui se révéla être un ancien général impérial, chevalier Magitech de surcroît. Elle aussi avait décidé de changer de camp... Alors elle n'était pas la seule à avoir choisi les Returners. Désormais, elle n'avait plus à douter de son choix. Elle combattrait l'Empire qui l'avait manipulée. Mais elle ne pensait pas avoir à le combattre si tôt.

En effet, on leur signala vite que l'armée impériale était en direction de Narshe. Ils avaient découvert leur position, et étaient venus les cueillir comme des fleurs... Cependant, étant donné leur nombre actuel, ils avaient peut-être une chance de vaincre l'ennemi. La bataille prit place sur les falaises au Nord de la ville. Pour la première fois, Terra avait combattu de toutes ses forces, attaquant les soldats et leurs chiens, jusqu'à atteindre le dernier ennemi, Kefka. Elle dut lancer ses plus puissants sorts, et soigner ses coéquipiers à l'occasion, mais elle ne cessa pas le combat. C'était la première fois qu'elle se battait sérieusement, et avec conviction, et non parce qu'on lui en avait donné l'ordre. Et elle remporta la bataille... Ou plutôt, Kefka partit avant qu'elle ne puisse le tuer. Mais elle s'en moquait. Ils avaient réussi à repousser l'Empire, et désormais, elle pourrait parler à la Chimère....

Les Returners avancèrent jusqu'au bout de la falaise, où se trouvait toujours la Chimère gelée. Terra prit une grande inspiration, et avança calmement vers le bloc de glace contenant la créature ailée. Elle plaça la main dessus. Soudain, un frisson la parcourut, et un rai de lumière l'aveugla. Elle sentit son corps se transformer, baissa les yeux, et vit son bras devenir rose, ses mains poilues et griffues, comme celles d'un monstre. Elle se retourna, effrayée, vers ses coéquipiers, mais un violent choc les avait propulsés à terre, voire sur le bord de la falaise. Paralysée, tremblante, elle ne parvenait pas à esquisser le moindre geste pour les aider. Ou plutôt, ses gestes devinrent totalement incontrôlés. Elle se mit à flotter, à voler à toute vitesse, sans même y réfléchir. Ses pensées étaient floues, elle ne comprenait absolument rien à ce qui se passait... Elle vola ainsi, de manière totalement désordonnée, dans le ciel de Balance, ne remarquant même pas qu'elle bougeait à cause du mal de tête lancinant qu'elle ressentait. Elle avait mal, elle était monstrueuse... Alors qu'elle commençait à ressentir des gouttes de pluie perler sur sa peau lisse et rose, elle se mit à sombrer, morte de fatigue, et tomba sur le toit d'une maison délabrée.

Elle ne reprit connaissance qu'un moment plus tard, et commença un véritable enfer. Elle parvenait à se réveiller de temps à autres, souvent aux côtés d'un vieil homme, qui se présenta comme étant une Chimère. Mais elle ne parvenait pas à  réfléchir, ni même à lui adresser un mot. Tout ce qu'elle pouvait faire était rester allongée sur le lit aménagé pour elle, dormant la plupart du temps, contemplant avec horreur les moindre coutures de son corps monstrueux lorsqu'elle était éveillée. Ses migraines étaient abominables, et elle se sentait bloquée, incapable de prononcer quoi que ce soit d'autre que de vagues grognements, gémissements et cris d'effroi et de douleur. Un jour, ses compagnons la retrouvèrent à "Zozo", nom de la ville où elle se trouvait. Elle voulut leur parler, mais elle refit une crise, ce qui lui arrivait parfois : son pouvoir prenait le dessus et la rendait incontrôlable. Finalement, elle s'évanouit sur le sol dur et froid de la maison, et la dernière chose qu'elle vit fut Locke s'approcher d'elle. Une fois réveillée, elle s'était aperçut avec avec horreur qu'elle était seule dans la pièce. Ramuh... Locke... Le groupe... Où étaient-ils passés ? Elle l'ignorait. Elle retourna péniblement dans son lit, et se contenta d'attendre... Encore et encore... Ils lui manquaient, et elle avait peur... Qu'ils reviennent vite...

Et ils revinrent, quelques jours plus tard. Locke avait amené un morceau de Magilithe qu'il tendit à la jeune femme. Soudain, tout lui revint en mémoire. Non pas ce qu'elle avait vécu, mais les souvenirs de son père. Elle vit la rencontre de ses parents, entendit ce qu'ils lui murmuraient... observa leur assassinat par Gestahl lui-même. Puis elle reprit ses esprits, ainsi que sa forme originelle, humaine. Ainsi, elle était la fille d'une humaine et d'une Chimère... Et cette forme n'était pas celle d'un monstre, mais d'une de ces créatures magiques. De même, elle n'était pas non plus, comme Celes, un Chevalier Magitech... Tout s'expliquait. Tout était infiniment plus clair, et c'était plus que soulageant. Voire libérateur. Maintenant qu'elle connaissait sa vraie nature, elle saurait maîtriser son pouvoir. L'essentiel était de savoir quand arrêter ses transformations.

Elle décida donc de repartir avec son groupe. Sur le chemin, ils lui racontèrent ce qu'il s'était passé – la disparition de Celes, le traitement infligé aux Chimères, tout – ce qui ne fit qu'accroitre la volonté de Terra de combattre l'Empire. La prochaine destination était, une fois de plus, Narshe. Ce fut sans doute la dernière fois qu'ils virent la ville de glace... Car après ce qui s'était passé, pouvait-on vraiment parler de ville ? Ils y passèrent par simple curiosité, à dire vrai. En effet, la rumeur disait qu'un célèbre voleur s'était échappé des prisons de Figaro et était parti vers le Nord. Entrant dans une maison dont la porte n'était pas fermée, ils virent un homme à tête de loup saisit une broche dans un des près de dix coffres ouverts de la pièce.

Aussitôt, le fameux Lone Wolf s'enfuit vers les mines. Le groupe le poursuivit, et finit par le trouver sur les falaises au Nord. Il menaçait un Moogle avec un poignard... Terra incita les autres à ne pas bouger. Elle aimait beaucoup ces créatures, alors en voir mourir une sous ses yeux ? Mieux valait ne pas prendre de risques... Soudain, le Moogle commença à se débattre, ce qui projeta Lone Wolf au bord de la falaise, mais le fit aussi trébucher et tomber de l'autre côté du précipice. Il fallait sauver un des deux... Encore un choix. Cependant, elle fit celui-ci sans hésitation ; la jeune femme se précipita sur la créature blanche et la retint par la patte, la soulevant péniblement jusqu'à ce qu'il soit en sécurité. Derrière elle, le son d'une roche qui se détache et le cri du voleur retentit... Le Moogle se présenta sous le nom de Mog. Il disait avoir déjà vu Terra plus tôt, puisqu'il avait aidé Locke à la sauver le jour où on lui avait retiré la Couronne d'Esclave. De plus, un rêve lui avait recommandé de les rejoindre... Ainsi, l'équipe se retrouva avec un membre supplémentaire, ce qui n'était pas de refus. D'autant que Terra s'entendait bien avec le danseur, qui avait appris la langue des humains. Il était plutôt adorable.

Désormais, il était temps de passer aux choses sérieuses. Les Returners n'étaient ni assez puissants, ni assez nombreux pour tenir tête à l'Empire. La seule solution pour le vaincre était évidente ; ils devaient utiliser la magie des Chimères vivant dans l'autre monde, leur demander de l'aide, et cela, encore une fois, seule Terra en était capable. Impossible d'ouvrir de nouveau la porte scellée menant à l'autre monde sans ses pouvoirs. Ils retournèrent sur le continent de l'Empire, à bord du Blackjack, un incroyable casino volant appartenant au nouveau membre du groupe, Setzer. Un peu prétentieux, il n'était pas le compagnon préféré de Terra, mais elle se fiait au moins à ses talents de navigateurs. Ils durent traverser une grotte remplie de lave pour atteindre la Porte, et la route fut rude. Rares étaient les personnes capables d'en atteindre le bout en vie, raison pour laquelle il n'était pas étonnant que l'autre monde restât caché aux yeux des humains si longtemps. Mais, après une éprouvante marche, ils parvinrent jusqu'à leur destination... Leur destination finale avant la grande bataille qui mettrait fin aux agissements de l'Empire. Les Chimères ne pouvaient refuser une cause si noble, surtout alors que leurs pairs étaient torturés et assassinés... Terra ferait de son mieux pour leur expliquer. Une nouvelle guerre de Magi était inenvisageable.

Il n'y eut pas de guerre, effectivement. Mais les choses commencèrent, à cet instant, à prendre une tournure très différente, et sans doute la pire possible.

L'hybride s'était approchée de la porte. Elle était très nerveuse, il fallait l'admettre, mais quelques mots d'encouragement de la part des autres l'avaient aidée à prendre confiance en elle. Tout allait se dérouler parfaitement bien. Et soudain, un rire retentit derrière elle. Un rire bien trop familier et sinistre à son goût. Elle se retourna brusquement, manquant de trébucher, pour se retrouver face à Kefka et ses soldats. Terra ne put retenir un murmure au ton presque dégoûté. Que venait faire cet odieux clown ici... ?

Elle n'eut pas le temps de réfléchir à cette question. Ses alliés lui crièrent de s'occuper de la porte, pendant qu'ils occuperaient le général. Ce qu'elle fit. Se concentrant de toutes ses forces, elle utilisa toute son énergie pour ouvrir la porte. Celle-ci ne s'ouvrit pas immédiatement. Mais elle ne perdit pas espoir et continua, sourde aux paroles de ses coéquipiers et de Kefka, ne voyant rien d'autre que l'énorme objet de métal en face d'elle. Puis, lentement, très lentement, elle commença à s'ouvrir... Jusqu'à laisser entrevoir un creux noir et béant.

Pendant quelques secondes, rien ne se passa. L'appréhension se faisait de plus en plus forte. Il devait bien rester quelques Chimères, impossible que Gestahl les ait toutes tuées... Alors pourquoi ne venaient-ils...

A ce moment, des formes énormes et monstrueuses se découpèrent dans la pénombre et fondirent sur Terra, qui se jeta au sol. Les Chimères partaient de tous les côtés, enragées, incontrôlables. "Arrêtez ! Arrêtez..." les cris de plus en plus faibles de Terra n'étaient pas entendues. Faisant trembler le sol et déchirant le ciel, les créatures magiques déchaînaient leur colère. La jeune fille chercha à se relever, mais à cet instant, un violent choc se fit ressentir sur son flanc gauche, et elle fut projetée vers les escaliers, qu'elle dévala en roulade, chaque moment où elle touchait le sol lui arrachant un gémissement de douleur. Elle finit pas s'arrêter, épuisée au point de ne pas parvenir à faire le moindre geste, aux côtés de ses coéquipiers tout aussi sonnés.

"Grands dieux, qu'est-ce que nous avons fait ?"

Mais il ne sert à rien d'évoquer les dieux, créatures plus cruelles encore que celles qui ravageaient le monde à cet instant. Au bout d'un certain moment, et avec difficulté, elle se releva, son corps tout entier lui faisant souffrir le martyre. Certains de ceux qui l'accompagnaient était déjà debout, en train d'aider ceux qui ne parvenaient pas à se relever. Soupirant de fatigue, mais déterminée à savoir ce que les Chimères pouvaient faire et où elles étaient parties, elle déclara qu'il valait mieux retourner au Blackjack au plus vite.

Ils parvinrent jusqu'à une base militaire désaffectée située non loin de la grotte. Là, Locke les attendait. Terra se dépêcha de lui demander vers où étaient parties les Chimères, ce à quoi il répondit qu'elles se dirigeaient vers Vector. La capitale de l'Empire... Se pourrait-t-il qu'elles sachent où se trouvait l'empereur, la cause de tous leurs malheurs depuis près de seize ans ? Si tel était le cas, de quelle manière assouviraient-elles leur vengeance ?

L'hybride courut jusqu'au Blackjack, et alla sur le pont pendant que ses coéquipiers prenaient la barre ou se reposaient. Ce fut à ce moment qu'elle ressentit quelque chose. Quelqu'un émanait une fureur sans nom, impossible de s'en détourner. Les Chimères... Elles étaient là, dans le ciel, avec eux. Locke arriva à cet instant, et elle lui expliqua la raison pour laquelle elle semblait si absente. Puis, lorsque Setzer les rejoignit, un son tonitruant se fit entendre. Elle leva la tête, tétanisée, pour voir de nouveau des dizaines de Chimères aux formes différentes fondre sur eux. Cette fois, elle n'eut pas le temps de s'aplatir sur le sol de bois du pont ; elle fut tout de suite heurtée par une des créatures, et s'écroula sur le sol. Peu à peu, le flot de Chimère diminua, jusqu'à leur disparition complète. Mais ils n'étaient pas au bout de leurs peines ; le vaisseau se mit à trembler, et il lui sembla qu'il se rapprochait de plus en plus du sol, tout en basculant de tous les côtés. Elle s'accrocha de toutes ses forces au navire volant, plantant ses ongles dans le sol, sans réel succès. Et la terre ferme se rapprocha, dangereusement... Jusqu'à ce qu'un violent choc se fit ressentir.

Terra avait fini par se relever. Rien de cassé, en principe ; tout le monde allait bien. Un coup de chance, sans doute, mais elle s'en réjouit. Le groupe consulta la carte, qui indiquait qu'ils se trouvaient toujours sur le continent de l'Empire. Au moins, ils n'auraient pas à traverser la mer. Cependant, il restait beaucoup de temps avant qu'elle ne puisse atteindre Vector. L'idéal était de se mettre en route immédiatement. Ainsi, elle partit, en compagnie de Locke et d'autres membres de l'équipe. En passant pas la forêt, ils eurent la chance de tomber sur une écurie à Chocobos, qu'ils louèrent afin d'arriver plus vite à la capitale, et sans encombres.

Après avoir traversé les montagnes menant au centre du continent, ils parvinrent jusqu'à la ville mécanique qui avait vu naître Terra. Elle se sentit étrangement seule et vide lorsqu'elle vit les formes des bâtiments se découper au loin, sans se rappeler pourquoi. Son passé demeurait flou, impossible de déterminer la raison d'un sentiment aussi désagréable. Mais ce ne fut rien comparé à la surprise qui l'attendait. Lorsqu'ils parvinrent jusqu'à Vector, elle sentit comme une odeur définitivement familière. Celle du feu. Comme Figaro des mois plus tôt, la capitale commençait à être réduite en cendres, les maisons détruites, la population paniquée. Des corps jonchaient les ruelles et les survivants suffoquaient à cause de la fumée. Ils arrivaient juste à temps pour contempler la fin d'un carnage...

Un garde impérial se précipita vers eux, l'air grave, et leur expliqua que l'Empereur souhaitait les voir sur le champ. Intriguée, Terra le suivit, un nœud dans la gorge. Son ancien camp avait cessé de la rechercher depuis longtemps, au moins depuis qu'elle avait appris ses capacités de transformation. Que voulaient-ils ? La torturer pour ce avoir libéré les Chimères ? Non. Après une telle crise, se charger de tuer quelqu'un n'était sans doute pas une priorité. De plus, elle ne pouvait pas se laisser faire, et elle était accompagnée. Mais dans ce cas, pourquoi l'avoir appelée ?

Elle entra dans le palais, qu'elle ne se souvenait, bizarrement, pas avoir visité auparavant. Les mystères de la mémoire sont sans doute insondables. Les gardes semblaient démoralisés, et exprimaient leur envie de cesser le combat. Finalement, elle arriva jusqu'à la salle du trône. Gestahl n'avait pas meilleure mine que ses subordonnés. Lui aussi murmura qu'il était incapable de se battre après la tragédie qu'avaient causée les Chimères. Il souhaitait donc la paix ? C'était inespéré. Terra aurait voulu lui poser des questions, mais il promit de s'expliquer lors du diner. Pour l'heure, elle et ses compagnons devaient visiter le château et chercher à convaincre les derniers soldats avides de bataille. Tous devaient comprendre le changement d'avis de Gestahl. Bien que n'appréciant pas particulièrement l'Empire, Terra exécuta cette mission avec joie. L'objectif des Returners, empêcher une nouvelle guerre de Magi d'éclater, serait accompli lorsque tous cesseraient ces meurtres infâmes. Elle passa donc dans les différentes pièces du palais, s'arrêtant un instant sur le toit. Lorsqu'elle chercha à rentrer, par hasard, dans une des pièces, un militaire en armure Magitech l'en dissuada, expliquant que Kefka avait été enfermé dans cette prison pour avoir empoisonné la rivière de Doma. Terra lâcha vite la poignée et retourna sur ses pas. De toute manière, ils allaient bientôt dîner. Quoi qu'il en soit, elle était rassurée que le général soit derrière les barreaux... Cela valait sans doute mieux.

On les appela, comme prévu, pour passer à table. Le banquet fut délicieux et copieux au possible. En fait, Terra n'avait jamais aussi bien mangé, d'autant que ses repas de voyage étaient souvent relativement frugaux. Au cours du dîner, elle et les autres eurent l'occasion de discuter avec Gestahl. Tous étaient du même avis ; malgré ce qu'avait commis l'Empire, une trêve était la meilleure solution pour les deux camps, notamment après l'attaque des Chimères. Tout ce que Terra souhaitait réellement était d'entendre que la guerre était définitivement terminée, et que Kefka resterait en prison. Elle n'avait, pour le moment, guère plus à demander. Elle restait suspicieuse, cependant. Mieux valait faire attention aux actions de l'Empire... Or, elle eut justement l'occasion de surveiller les membres de son armée.

Et ce moment marquera le commencement d'une macabre et divine comédie…




Pseudo: Ney, apparemment.
Âge: Secret d'Etat.
Pays: "Zozo ? Never heard of it."
Comment as-tu découvert le forum ? LOL
Fréquence de connexion: Everyday~
Crédit de ton Avatar: Terra Branford - Final Fantasy VI
Double compte ? Vu ce qu'un seul compte me coûte ? Non.
Code de validation à trouver dans le règlement: Vanish Doom.
Un petit mot pour la fin ? J'Esper que l'auteur ne mettra pas de jeu de mots vaseux dans son titre…


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Terra Branford le Lun 25 Mai - 18:43, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terra Branford
The Hopeful Esper Staff
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 12/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Lun 25 Mai - 17:34


The nature of magic exists between Balance and Ruin…


Branford ▬ Terra ▬ Appelée "maman" par les enfants de Mobliz ▬ 20 ans ▬ Hellheimienne ▬ Mage Rouge


Description Psychologique.
We live to protect what we hold dear

Psychologiquement... Terra est une personne très facilement confuse ou perdue, notamment lorsqu'elle doit faire des choix importants. Dans ces moments-là, elle tend à se laisser dépasser par le cours des évènements, à être manipulable. Elle le sait bien, et bien que suivant parfois des chefs, elle refuse de le faire de manière aveugle, et demeure méfiante malgré tout. Etre fanatique est quelque chose de dérangeant et de désolant à ses yeux, et elle a peur, peur de redevenir un pantin prêt à boire les mensonges de dirigeants malhonnêtes... Mais, une fois décidée à agir, ou certaine de ses convictions, elle est capable de se battre de toutes ses forces pour parvenir à ses fins. Toutes ses craintes s'effacent, et les dieux eux-mêmes ne sauraient l'arrêter. Autrefois, elle ne connaissait pas l'amour, et si ce sentiment ne lui est pas encore totalement connu, il constitue sa principale motivation. C'est par amour pour les personnes rencontrées dans son monde d'origine qu'elle souhaite revenir. Et pour rentrer, il faut se battre. Voilà son but actuel.

C'est une personne extrêmement calme et assez peu émotive habituellement. Naturellement, il lui arrive de vivre des émotions fortes, mais ce n'est pas si courant. Cependant, elle montre une certaine douceur, et surtout, beaucoup d'affection envers les enfants et de petites créatures comme les Moogles. La folie et la destruction l'effraient, et elle méprise ceux qui n'ont aucune considération pour la vie humaine, sans être pourtant particulièrement colérique. Elle sait ce qu'est la solitude et le manque d'affection, et elle sait ce qu'est être un pantin manipulé par quelqu'un. Et par conséquent, elle sait à quel point cela peut être blessant. Le contrôle, le pouvoir ne la séduisent pas, car elle n'a que trop conscience des conséquences qu'ils finissent par engendrer. Tout ce qu'elle désire est avoir une vie paisible, ce qu'elle n'a connu qu'en de rares instants en compagnie des enfants de Mobliz. Ceux-ci font partie de ses êtres les plus chers au monde, le genre de personne qu'elle cherche à protéger. C'est une personne qui reconstruit ce qui a été brisé, et qui garde espoir en un avenir meilleur malgré ses peurs et son passé. Ironique, étant donné ses pouvoirs de destruction dévastateurs, dont d'autres se sont déjà trop servis.

Une marionnette sans liberté de pensée qui a pris vie, s'est endurcie, a forgé ses propres décisions, et du même coup, son propre avenir. Voilà ce qu'est Terra.




Histoire.
Divina Commedia


… Car ce n'est que maintenant que l'histoire vient à son apogée.

Il fut effectivement décidé que, pendant que les deux autres veilleraient sur Vector, Locke et Terra accompagneraient le général Leo lors d'une expédition sur Crescent Island. Heureusement pour elle, Terra se rendit vite compte que celui-ci était plus sympathique que son collègue blond. Il ressemblait plus à Celes, de ce point de vue-là. Leo leur indiqua qu'ils partiraient du port d'Albrook, vers lequel ils se dirigèrent après une nuit de repos. Ce ne fut que vers le soir qu'ils parvinrent jusqu'au port. Mieux valait payer une nuit à l'auberge, leur bateau ne partant que le lendemain à l'aube. Et, à la grande surprise de la jeune femme, le général à la peau sombre leur présenta les personnes qui les accompagneraient... Celes et Shadow ! On lui avait certes beaucoup parlé du mercenaire, mais elle ignorait qu'il travaillait pour l'Empire. Quand à la blonde, elle avait pourtant disparu... Etrangement, l'hybride fut soulagée de la voir saine et sauve. Pas autant que Locke, apparemment. Lors de sa nuit à l'auberge, elle fut réveillée par un cauchemar. Elle se rappelait d'une pièce vue à Vector, petite, sans personne autour. Un sentiment de solitude atroce l'envahissait. Puis, sans comprendre pourquoi, elle voulut crier, pleurer, sans savoir pourquoi. Ce fut ce qui la sortit de ses songes. Elle constata alors que Locke était absent. Intriguée, elle se dirigea vers la fenêtre pour voir si il était dehors. C'était le cas ; il semblait parler avec Celes. Malgré sa vue embuée, Terra trouvait qu'il avait l'air... triste. Mais... Mieux valait ne pas se poser de questions pour le moment. Elle se recoucha.

Le lendemain, ils partirent pour Crescent Island, terre encore inexplorée car jugée peu intéressante à conquérir. Le voyage allait durer plusieurs jours. Durant cette période, les interrogations ne manquèrent pas dans l'esprit de Terra. Elle se rendait régulièrement sur le pont, en pleine nuit afin que personne ne la voie. L'air marin l'apaisait. A un moment, le général Leo vint la rejoindre dehors, lui demandant ce qui n'allait pas. Alors elle se livra. Elle se demandait se posait des questions sur son degré d'humanité. Etait-elle capable de ressentir de l'attachement, et d'en recevoir ? Locke avait un jour dit qu'elle pouvait agir pour des êtres aimés, ou parce qu'elle était chère à quelqu'un. Quand elle repensait aux dialogues entre le voleur et Celes, elle se disait qu'il avait probablement raison... Mais cela s'appliquait-elle à elle ? C'était enfantin et idiot, mais elle voulait savoir ce que c'était d'aimer, et maintenant. Leo répondit calmement que cela finirait par arriver, tôt ou tard. Elle n'avait pas à s'en faire. Cela la rassura. Même si elle considérait toujours l'Empire comme des ennemis, malgré la fin de la guerre, c'était un homme généreux. Trop naïf pour son propre bien, mais tous deux l'ignoraient encore...

Le voyage prit fin, et les troupes marchèrent jusqu'à un petit village. Les habitants n'étaient... Pas des plus accueillants. Ils semblaient se cacher, et fuir dès que Terra les voyait. Elle n'était pourtant pas sous sa forme de Chimère. Pourquoi la craindre, dans ce cas ? Quelle importance. En errant dans le voyage de Thamasa, et après quelques achats, ils firent la rencontre d'un vieil homme étrange nommé Strago, accompagné de sa petite-fille, une enfant légèrement supérieure et moqueuse, Relm. Celle-ci s'entendit... Automatiquement bien avec Interceptor, le chien de Shadow, qui n'était pourtant pas réputé pour sa sympathie. Elle s'appropria pratiquement le cabot, décidant de partir jouer avec lui. Quel drôle de duo...

Etrangement, lorsqu'ils sortirent de la maison, les habitants se firent plus aimables envers eux. Une chambre à l'auberge coûtait même la somme ridicule d'un Gil ! Le lieu était décidemment très étrange. Cela dit, l'équipe en profita pour se reposer. En pleine nuit, cependant, on réveilla brusquement Terra. Strago hurlait que sa petite-fille était restée dans une maison... en flammes. Encore un incendie ? Mais combien Terra allait-elle en vivre ? La lueur meurtrière des flammes apparaissait si souvent dans son voyage qu'elle en ferait presque des cauchemars... Quoi qu'il en soit, elle ne pouvait pas laisser la fillette dans une telle situation. Avec les autres, elle se précipita dehors. Strago était déjà de retour devant la demeure, en train de lancer des sorts aquatiques pour éteindre le feu. De la magie ? Terra aurait eu du mal à y croire, si elle n'avait pas été entourée de magie depuis sa naissance. Les habitants de Thamasa réagirent moins bien ; la magie était interdite, et devait être cachée aux étrangers. Cependant, Strago finit par les convaincre. Personne ne pouvait laisser Relm à l'intérieur, et tous les villageois se mirent à aider le vieillard. Sans succès... Finalement, Terra et Locke décidèrent d'accompagner Strago à l'intérieur.

Criant le nom de Relm, ils la cherchèrent, de plus ne plus épuisés par la chaleur des flammes, les combats contre des monstres de feu et la fumée qui pénétrait dangereusement leurs poumons. Mais finalement, ils la trouvèrent... Ce fut le moment où la fumée eut raison de Terra. La tête lui tournait, et elle finit par s'évanouir, épuisée. Quand elle se réveilla, elle apprit que Shadow les avait sauvés de cette impasse. Un mercenaire sans pitié… Pourtant, sans lui, ils seraient morts à l'heure actuelle. Strago les remercia pour leur aide. L'hybride se sentait plutôt heureuse de voir Relm saine et sauve, bien qu'elle n'ait pas vraiment contribué à la sauver. Le vieillard, après avoir réalisé qu'ils avaient découvert le "secret" de la ville, soit les capacités magiques de ses habitants, accepta ensuite de les accompagner jusqu'à la grotte qu'ils recherchaient. Relm voulut également tenter l'aventure, mais... Il refusa. La jeune femme n'était pas non plus convaincue, notamment après ce que la fillette venait de vivre...

Peu importe, au fond. Ils partirent pour l'Ouest, vers les monts. Là se trouvait une grotte étrange et semblant abandonnée depuis des années. Terra tentait d'être la plus vigilante possible en traversant les divers ponts placés au dessus de précipices immenses. Finalement, ils parvinrent jusqu'à trois statues d'or. L'hybride les observa, lit les inscriptions dessus, intriguée. On lui expliqua qu'il s'agissait de représentations de trois autres statues, symbolisant trois déesses de la magie. Des déesses chaotiques. Puis vint l'heure de repartir, de nouvelles informations en tête.

Soudain apparut une forme... que Terra reconnaissait bien. Ultros, la pieuvre violette qui les avait affrontés sur le radeau. Il prévoyait de voler les statues, ce que l'équipe ne le laissa évidemment pas faire. L'heure était au combat. Et celui-ci fut plutôt facile... Jusqu'à ce que Relm arrive par surprise, dans le dos de Terra, l'effrayant un peu sur le coup. Elle souhaitait dessiner Ultros. Celui-ci, après quelques négociations... finit par accepter. Force est de constater que les talents de Relm étaient remarquables pour son âge, et malgré la laideur de la pieuvre, Terra trouvait le dessin très joli. En le voyant, Ultros fuit, enfin. Le groupe avança un peu plus dans la grotte, et finit par trouver un groupe de Chimères. Elles s'étaient réfugiées ici après leur vengeance... Le roi des créatures magiques leur expliqua que lui aussi souhaitait la paix avec l'Empire. Tous les camps étaient ainsi prêts à cesser leurs carnages ! Le groupe pouvait enfin rentrer à Thamasa, le cœur léger...

Terra retrouva sur place Celes et le général Leo, et leur expliquèrent la situation. Tout allait pour le mieux, puisque tous s'accordaient à dire que la paix était la meilleure option. A dire seulement, et non à penser. Soudain, un rire retentit. Ce rire, le pire des présages. Accompagné de soldats en armure Magitech, comme toujours, Kefka survint au milieu de la conversation. Il était présumé être en prison, pourtant... Est-ce que Gestahl avait menti ? Ou bien prévoyait-il de le libérer depuis le début ? La réponse vint très vite ; le but, depuis le début, était de récupérer le plus de Magilithe possible grâce aux Chimères ramenées par Terra et son groupe. Naturellement, Leo ne se doutait de rien...

Le général blond attaqua soudain toutes les personnes autour – soldats impériaux comme résistants. Terra fut projetée au sol, au bord de l'inconscience. Comment un homme aussi faible auparavant, et fuyant tous ses combats avait pu acquérir une puissance aussi titanesque ? Combien de Magilithes avait-il utilisé pour cela...

Elle était si épuisée qu'elle ne fit qu'entrevoir le combat que livra Leo contre Kefka. Comme elle l'espérait, le noir parvint ans problème à vaincre son adversaire... Jusqu'au moment où celui-ci s'évapora. Une illusion ?! La jeune femme avait de plus en plus de mal à rester éveillée et à suivre le cours des évènements. La seule chose qu'elle fut certaine d'apercevoir fut la lame de Kefka s'enfoncer dans le cœur de Leo. Après cela, tout devint atrocement confus. D'énormes vagues de magie se firent ressentir autour d'elle, et il lui semblait voir des Chimères tomber une à une, se transformer en Magilithe, et ce rire, ce satané rire lui vrillait les tympans. Elle ne tarda pas à sombrer dans l'inconscience, une fois de plus...

Plus tard eut lieu l'enterrement du général Leo. Ce fut Terra qui déposa des fleurs sur sa tombe. Etrangement, sa mort l'avait affreusement attristée. Elle aurait tellement voulu qu'il lui en apprenne plus... En vérité, il aurait pu être son ami, si ils n'étaient pas ennemis. A ce moment, Interceptor intervint ; il était blessé. Mais son maître n'était pas là. Leo, et Shadow également... L'Empire était décidément affreux.

Les compagnons de Terra, restés à Vector, arrivèrent, et ramenèrent tout le monde sur le Blackjack, y compris Strago et Relm. Selon Edgar et Setzer, l'Empereur avait menti sur toute la ligne, et prévoyait de retourner à la Porte Scellée. Strago avait sursauté, s'écriant que si ils voulaient s'en prendre aux statues qui se trouvaient dans le monde des Chimères... Il n'eut pas le temps de poursuivre. Depuis le ciel, on pouvait voir un continent tout entier s'élever du sol. Des dizaines de petits points, sans doute des humains, sombraient dans les fissures énormes qui se dessinaient sur le sol.

Strago reprit. Les statues contenaient toute la puissance des trois déesses, et neutralisaient chacune le pouvoir des deux autres, maintenant en équilibre la fragile balance du monde. Modifier ne serait-ce qu'un peu leur alignement parfait causerait une destruction sans précédent... Terra était affolée. Ils devaient voler jusqu'au continent flottant et empêcher Gestahl et Kefka de faire quoi que ce soit, avant qu'ils ne commettent un acte irréparable.

Setzer les y amena sur le champ. Trois d'entre eux, dont Terra, se postèrent sur le pont en attendant leur arrivée. Et ils eurent raison ; plusieurs ennemis de la garde aérienne de l'Empire les attaquèrent en chemin. Ils les combattirent de toute leur puissance, ce qui fut une grave erreur ; une fois arrivés sur le Continent Flottant, ils étaient déjà fatigués. Les trois qui se trouvaient sur le pont descendirent sur la terre ferme, le reste de l'équipage restant à bord du Blackjack.

Ils y découvrirent, à leur grande surprise, Shadow, allongé sur le sol, se relevant avec difficulté. Terra se précipita vers lui, de même que les autres. Le mercenaire dit avoir été trahi par son propre camp, ce que l'hybride n'avait aucun mal à imaginer, connaissant bien l'Empire. Puis le ninja décida de les accompagner. Il avait une mission à accomplir ici... Cette aide n'était pas de refus ; tous étaient plutôt fatigués et un quatrième membre était le bienvenu. Lorsqu'il le lui demanda, Terra lui assura qu'Interceptor allait bien. Elle ne mentionna pas sa blessure, certes, mais elle ne mentait entièrement pas pour autant. Le chien était bien vivant, attendant son maître, et cela, elle en était certaine.

Ils avancèrent sur le Continent, un lieu étrange, rempli de téléporteurs et de murs faits d'énormes lianes – on aurait dit des veines – qui se dénouaient pour les laisser poursuivre leur route. Les monstres étaient puissants, et il fallut ranimer et soigner plusieurs fois ses coéquipiers. Cependant, ces combats n'étaient rien par rapport à ce qui les attendait. Car tout au bout de ce chemin infernal, alors que leurs plaies étaient encore sanglantes et que leurs poumons étaient vides d'air, apparut Atma Arma, un monstre fait d'énergie pure. La bataille fut éprouvante comme jamais. Terra dut utiliser sa forme de Chimère pour combattre au plus haut de sa puissance, et laissait pas de répit au monstre aux puissants sorts.

Car c'était le combat final. La dernière épreuve avant d'arrêter Gestahl...

Finalement, Atma Arma fut terrassé. Aussitôt, Terra et les autres coururent jusqu'à trouver l'Empereur et Kefka, en face des trois statues. Shadow était déjà parti de son côté, mais lorsqu'ils se retrouvèrent face à leurs ennemis, Celes les rejoignit. Compréhensible. Elle aussi en voulait à l'Empire... Sans doute bien plus que Terra elle-même. Soudain, Gestahl invoqua le pouvoir des trois statues, le Warring Triad, pour les paralyser un à un. Celes échappa à ce sort, mais pas l'hybride ; elle devint vite simple spectatrice, incapable de bouger le moindre membre. Gestahl semblait aux anges, prêt à utiliser tout le pouvoir qu'il venait d'acquérir pour contrôler le monde... Quel homme affreux. Kefka se tenait à ses côtés, une étrange lueur dans le regard, comme toujours, sans doute. Puis, l'Empereur proposa à Celes de les rejoindre. Le général à ses côtés lui tendit une épée, lui promettant de la pardonner si elle tuait ses coéquipiers. Terra chercha à bouger, en vain, suppliant intérieurement Celes de refuser. Elle ne pouvait pas les trahir, elle qui était si semblable à l'hybride... Alors que la blonde s'approchait d'elle, soulevant l'épée au dessus de son visage, elle afficha une vague expression d'effroi et de choc, attendant la mort.

Non. Elle ne pouvait pas la tuer.

Et cela s'avéra vrai. L'ex-général se retourna et planta son épée dans le flanc de Kefka, sous le regard surpris de l'autre jeune femme. Le bouffon s'écroula, son sang coulant à flots. Une vision affreuse… et d'autant plus horrible qu'il n'en mourut pas. A ce moment, il sembla devenir complètement fou, plus encore qu'auparavant. Il se positionna au milieu du champ magique du Warring Triad. Même Gestahl commença à chercher à l'arrêter, cherchant peut-être à protéger un monde qu'il voulait dominer... Mais aucune de ses attaques ne toucha son subordonné. Même le feu, élément qui ravageait tout sur son passage, n'était pas suffisant, et très vite, un énorme éclair terrassa le vieillard pour toujours. Et Terra était condamnée à observer cette folie furieuse, le rire obsédant de Kefka résonnant dans sa tête. Pour un peu, elle aussi aurait succombé à la folie, à la peur. Surtout lorsque le fou dansant se mit à déplacer les statues... Les statues qui devaient rester en place, sous peine de détruire tout équilibre dans ce monde !

Y a-t-il plus cruel que de voir le monde être détruit sous ses yeux, sans pouvoir faire le moindre mouvement ?

Ce déplacement libéra Terra du sort qui l'emprisonnait. Mais il était déjà trop tard pour agir ; le sol du Continent Flottant s'était mis à trembler d'une force incroyable. Soudain, Shadow survint, bloquant Kefka entre deux statues. Il fit signe à l'équipe de fuir le plus vite possible et, promptement, ils s'exécutèrent. Malgré ses blessures, malgré le sang qui en coulait, et malgré la destruction tout autour d'elle, Terra fuit à toute vitesse, sans prêter attention à sa fatigue. Elle devait s'en sortir... Tout irait bien. Bien ? Non. Le monde allait être ravagé... Mais l'instinct de survie est plus fort que tout. La mage manqua de trébucher à plusieurs reprises, voire de tomber dans une crevasse, mais elle parvint jusqu'au bout du continent, "saine et sauve". Le Blackjack était juste en-dessous, mais Terra se contenta de le fixer d'un regard vide, avant de se retourner. On lui demanda ce qu'elle attendait pour sauter.

"Nous devons attendre Shadow !"

Elle cria cela spontanément. Il avait promis de retrouver son chemin. Et Terra ne pouvait pas le trahir en sautant avant de l'avoir retrouvé. Les autres non plus, elle le savait, malgré leur peur commune de mourir. Le monde tout autour d'eux s'effondrait, les fissures creusées dans le sol devenaient dangereusement proches, le sol semblait prêt à s'effondrer sous leurs pieds. Sur terre, des centaines de mètres en-dessous, on voyait de titanesques morceaux de terre se soulever, sombrer dans l'océan, et avec eux toutes les villes, toutes les personnes y vivant. Une terrifiante Apocalypse.

Au bout d'un moment qui sembla interminable, Shadow arriva enfin. Il chercha à sauter sur le vaisseau plus bas, mais ce fut inutile ; déjà le sol s'effritait. Tous tombèrent sur le pont du Black, prêt à partir... Mais la coque se brisa brusquement en deux. Certains glissèrent, tombèrent dans le vide, disparurent. Tout l'équipage, malgré leurs efforts surhumains pour rester à bord, finirent inexorablement par chuter, tels des anges déchus. Terra fut parmi les derniers ; alors qu'elle manquait de tomber à son tour, Setzer la rattrapa par le bras. Sa poigne se relâcha... de plus en plus... et soudain, l'hybride tomba de tout son poids. Le sol qui se détachait, brûlait, explosait se rapprochait dangereusement d'elle...

Elle se réveilla à Nikeah, blessée, voire même aux portes de la mort. Elle avait dormi une semaine, et perdu énormément de sang, selon les habitants qui avaient pris soin d'elle. De plus, elle murmurait des choses étranges dans son sommeil... Pourtant, elle ne pensait pas avoir rêvé. Sa douleur l'empêchait de réfléchir, de toute manière... Mais les autres ? Où étaient-ils ? Si sa chute avait été un choc presque fatal, se pourrait-il que ses compagnons soient... morts ?

Cette idée lui fit verser une larme. Puis deux. Au bout de quelques minutes, elle avait fondu en sanglots. Elle était désormais seule, encore seule... et ce pour toujours. Quant au monde... Elle devait le voir de ses propres yeux. Elle ne parvint à sortir de la maison de ses bienfaiteurs qu'après quelques jours, et encore, elle avait un mal fou à marcher. Sa magie de soin, utilisée en cachette, avait cependant prouvé son efficacité. Elle put constater que la ville était ravagée. Mais ce n'était encore qu'un échantillon de l'enfer qui allait s'installer au fil du temps.

Un jour, un homme accourut dans la maison où logeait Terra. Alitée, celle-ci écouta de loin ce qu'il avait à dire aux propriétaires. Apparemment, un des généraux de l'Empire, désormais complètement détruit, avait utilisé une magie surnaturellement puissante, effrayante, dont la lumière émanait depuis n'importe quel lieu du continent. Vector avait été totalement rasée, si bien qu'il n'en restait que des ruines. Il avait entamé la construction d'une tour afin d'y habiter. Son messager lui avait dit que son pouvoir serait quasi-divin... La jeune femme était de plus en plus horrifiée à mesure que l'homme poursuivait ses explications. Kefka n'était pas mort ? Au contraire, il semblait avoir gagné en puissance, à un point terrifiant... Une idée lui traversa l'esprit. Si il avait absorbé la magie des statues, il aurait obtenu la puissance d'un dieu... Un monde de Ruines ne pouvait être dirigé que par le plus cruel des dieux, jouant avec les vies humaines comme avec des poupées. C'était logique. Et atroce.

Au bout de deux mois, et peu après l'annonce de l'homme, Terra fut parfaitement remise, et décida de retourner sur les routes, remerciant ses bienfaiteurs. Le crime et la misère étaient partout sur son chemin. Nombre de terres avaient disparu, et avec elles, des milliers de vies humaines. Sans compter celles que Kefka et les monstres engendrés pas la catastrophe pouvaient engendrer à l'instant-même... Le lieu était rempli de créatures puissantes, et si Terra parvenait à se battre, le faire était devenu douloureux. Avant la catastrophe, il lui poussait des ailes chaque fois qu'elle devait affronter un ennemi, puisqu'elle avait des convictions. Mais en quoi croire, maintenant que le monde était détruit ? En la résistance ? Celle-ci avait probablement disparu, de même que l'Empire... En des dieux ? Cette simple idée était devenue presque comique. Et sinistre à la fois. Mais elle n'avait pas envie de rire. On lui avait arraché toute sa force...

Sur sa route, elle trouva une tour en construction. Elle voulut s'y reposer pour une nuit, mais les résidents n'étaient pas très... accueillants. Silencieux pour la plupart, ils semblaient totalement détruits émotionnellement. Un des rares à paraître encore normal lui conseilla de ne pas tenter de leur parler. Ils construisaient une tour de fanatiques prêts à lécher les bottes de Kefka jusqu'à en supprimer le moindre grain de sable. La raison ? La peur, évidemment. La peur de subir le destin de Vector. Ce spectacle était trop désolant. L'hybride fuit, et ne trouva le sommeil qu'après s'être éloignée loin, très loin d'ici.

Après quelques jours de marche, elle vit la silhouette d'une ville se découper à l'horizon. Plus loin, il n'y avait que la mer, mais peut-être trouverait-elle un port. De toute manière, elle n'avait pas tellement envie de voyager. Elle avait déjà assez contemplé la déchéance de ce monde... Et il était inutile de courir après des morts. Elle avait déjà fait son deuil.

Mais lorsqu'elle arriva, un évènement inattendu survint. Un énorme flash de lumière l'aveugla. Lorsqu'elle recouvra la vue, des cris et des sanglots retentissaient dans toute la ville. Deux adolescents, au loin, couraient, tenant des enfants par la main. Terra leur demanda, affolée, ce qui se passait. Il répondirent en balbutiant, "c'est la Lumière du Jugement". La Lumière... Etait-ce l'attaque qui avait détruit Vector ? Un nouveau flash. Une explosion. Des voix sourdes qui s'éteignirent aussitôt. Le souffle coupé, Terra observa cette abominable lumière s'effacer peu à peu. Les enfants pleuraient, pour ceux qui n'étaient pas tétanisés.

Un des adultes avait décidé d'aller attaquer Kefka, avait dit l'un des adolescents. Le prix d'un affront était la destruction de toute une ville... Terra ne savait même pas comment réagir. Soudain, un des enfants s'accrocha aux rubans pendant de sa taille, lui demandant quel était son nom, qui elle était. Toujours choquée, la jeune femme dut prendre une grande inspiration avant de répondre, en balbutiant, un simple "Terra". Le garçon lui posa une autre question, retenant manifestement ses larmes :

"Nos papas et nos mamans ont disparu... Ils sont tombés dans une grosse fissure... Tu vas nous protéger, dis, Terra ? Tu as l'air forte..."

Non, non, elle n'était pas forte. Mais surtout, jamais elle n'avait été autant envahie par le dégoût. Kefka... Ce bouffon l'avait utilisée comme une simple poupée, l'avait poursuivie, combattue, avait tué des dizaines de Chimères, empoisonné tout un château... Et désormais... Ce risible individu avait réussi à devenu un dieu capable de semer la destruction à sa guise, éclatant probablement d'un de ses rires sinistres en détruisant Mobliz... Et elle ne l'avait pas pris au sérieux. Elle n'avait rien pu faire, et désormais, le seul acte qu'elle pouvait commettre pour améliorer ne serait-ce qu'un peu les choses, même de manière infime... Elle se baissa brusquement, ou tomba, elle ne savait pas très bien, et prit l'enfant dans ses bras. Le regard enflammé et l'âme brisée, elle répondit, dans un murmure :

"Oui. Je vais vous protéger."

Et elle le fit. Elle et les enfants allèrent vivre dans la seule maison habitable, au sous-sol évidemment afin de protéger les plus jeunes des monstres qui envahissaient de temps à autres la ville fantôme. Les deux adolescents, Duane et Katarin, l'assistaient, puis les enfants s'y mirent aussi. Si le début de cette cohabitation fut rude, étant donné le choc subi par les habitants de Mobliz et l'état de tristesse presque constant de Terra, les choses s'améliorèrent peu à peu. Les plus jeunes commencèrent même à l'appeler "maman". Elle commençait à veiller à ce qu'ils se sentent toujours bien, à les protéger. Lorsqu'un monstre particulièrement puissant arrivait en ville, elle tentait de le faire fuir, ou de l'attirer hors de portée de ce qu'elle finirait par considérer comme sa famille.

Cette vie dure, mais bien plus agréable qu'un voyage solitaire, continua pendant près de huit ou neuf mois. Mais un jour, la jeune femme reçut une visite... inattendue. Depuis sa chambre, elle entendit quelqu'un entrer. La voix des deux personnes, car elle en entendit deux, lui était familière. Aussitôt, elle se précipita vers la porte et l'ouvrit. Celes et Sabin se tenaient devant l'entrée. Ils étaient vivants ! Elle était tellement heureuse de les voir en vie ! Pour un peu, elle aurait pu pleurer, ou se jeter dans leurs bras. Mais ce n'était pas vraiment dans ses habitudes, elle se retint donc.

Ils lui demandèrent de les rejoindre. Ce fut à cet instant que les choses se corsèrent. Terra ne pouvait plus se battre. Se sentant mal à l'aise, elle retourna dans sa chambre. Celes et Sabin la suivirent, et elle expliqua que depuis qu'elle était ici, elle ressentait quelque chose d'étrange. Elle ignorait quoi exactement, mais plus elle y réfléchissait... Plus elle perdait l'envie de se battre. C'était le cas depuis sa longue période de désespoir, avant d'arriver à Mobliz, mais rester n'avait rien amélioré. De plus, les enfants avaient besoin d'elle. Aucun ne voulait la voir partir. Soudain, un enfant entra dans la pièce en criant. Selon lui, Humbaba était revenu.

Sans réfléchir, Terra se précipita à l'extérieur. Le démon, apparu depuis la catastrophe, était là. Elle chercha à le vaincre à mains nues, mais sans succès, évidemment. Finalement, il la mit au tapis. Ce furent Sabin et Celes qui la sauvèrent, en faisant fuir le monstre, avant de la ramener au lit. Une fois allongée, elle commença à se sentir encore plus coupable, et mal. Elle était décidemment inutile... Et ne pouvait plus combattre, même si elle le souhaitait. Peut-être que lorsqu'elle comprendrait ce sentiment qui la bloquait, elle pourrait partir. C'était un choix difficile, et elle savait que Kefka devait être défait, si cela était seulement possible. Mais elle ne pouvait pas, pas encore.

Alors elle resta ici, se demandant très régulièrement comment s'en sortaient les deux autres, si le reste de l'équipe était en vie, et d'autres questions de ce genre. Elle continuait à protéger les enfants, évidemment, et de tout son cœur, mais son anxiété était évidente. Heureusement, sa famille était là pour la rassurer... Mais ce ne fut pas une période facile à traverser. Rien n'était simple dans ce monde de Ruines, de toute manière...

Un jour, elle entendit une dispute entre les deux adolescents amouerus, Duane et Katarin. Le premier disait qu'il n'était pas prêt à être père, qu'à dix-sept ans, ils étaient tous les deux trop jeunes. Mais alors, Katarin était enceinte ? Avant même qu'elle ne puisse réagir, Katarin fuit à l'extérieur. Terra la retrouva dans le passage secret aménagé dans la maison voisine. Elle chercha à la réconforter, sans succès. Ce fut à ce moment que Celes et Sabin revinrent, accompagnés de Shadow, de Cyan et d'Edgar. Eux aussi étaient en vie ! A cet instant, Duane descendit les escaliers à son tour, s'excusant auprès de Katarin pour l'avoir traitée si froidement. Terra retrouvait ses vieux amis, et le couple attendait un heureux évènement... Mais l'heure n'était pas aux réjouissances. Un enfant arriva également, criant, paniqué, que Humbaba était de retour. Terra n'ayant pas la force de se battre, elle laissa, à contrecœur, son ancienne équipe aller le vaincre. Elle en était incapable, de toute manière...

Les minutes passèrent. Silencieuses. Angoissantes. Et puis Terra n'en put plus. Elle se précipita dans les escaliers, s'excusant auprès de Kataina pour l'abandonner un instant, et se précipita vers le monstre vers, prenant sa forme de Chimère. Deux de ses compagnons avaient été mis au tapis, et elle devait leur prêter main-forte. Utilisant ses plus puissants sorts, elle tua rapidement Humbaba. Le village était sauf, enfin... Et elle arrivait à se battre !

A la fin du combat, elle se rendit compte... Qu'elle se trouvait sous une forme totalement inconnue aux yeux des habitants de Mobliz, et que tous les enfants la regardaient d'un air effrayé. Etait-ce un monstre ? Ils avaient peur... Elle le voyait bien et cela la démoralisait. Une fois de plus, on la voyait comme une créature affreuse, et c'était d'autant plus blessant que c'était sa famille qui la considérait ainsi ! Mais, lentement, une petite fille s'approcha s'elle, disant :

"Tu es maman ? J'en suis sûre..."

Puis, un à un, et sous son regard surpris, les autres enfants s'approchèrent d'elle, Duane et Katarin également. Et, évidemment, ses compagnons. Ce fut à ce moment qu'elle réalisa quel sentiment l'empêchait de se battre. La volonté de protéger les enfants, alors que rien ne l'y obligeait. La compassion envers Katarin un peu plus tôt. Ses sanglots lorsqu'elle avait cru ses anciens coéquipiers morts, et l'inquiétude ressentie pour eux. Elle les... aimait. C'était donc ça, l'amour... Et même une hybride comme elle était capable d'en ressentir...

Elle qui n'avait plus de but et errait sans but, elle savait désormais quoi faire. Elle devait se battre, de toutes ses forces. Et ce pour protéger ces enfants. Garantir un avenir meilleur à ses êtres chers. Son moral était tout d'un coup revenu, et elle était prête à combattre avec autant de conviction que lorsqu'elle devait vaincre l'Empire, voire plus encore. Elle promit aux enfants de revenir au plus vite. Et leur promesse à eux fut de rester sages et de l'attendre, sans pleurer.

Ainsi, Terra repartit enfin en voyage. Mais avant d'attaquer la Tour de Kefka, ils devaient chercher les autres, en espérant qu'ils soient encore en vie. On lui expliqua, en chemin, toutes les aventures qu'ils avaient vécues en son absence. Dont la recherche du Falcon, leur nouveau vaisseau. Ils se dirigèrent d'abord vers Jidoor. Là-bas, on racontait des rumeurs... étranges au sujet de la maison du riche Owzer. Par curiosité, Terra et les autres entrèrent, se rendant compte que la pièce était plongée dans la pénombre. Après avoir allumé la lampe, ils se mirent à lire des notes trouvées sur la table. Apparemment, un certain tableau lui mènerait la vie dure. Un monstre serait caché à l'intérieur...

Ils examinèrent plusieurs tableaux, dont certains les attaquèrent. Un autre, représentant l'immonde visage de Gestahl, cachait en revanche un parchemin évoquant une chaîne de montagnes en forme d'étoiles. Terra décida de le garder. Sait-on jamais, cela pouvait toujours servir... En s'enfonçant dans le manoir, qui, chose assez effrayante, semblait hanté, ils parvinrent finalement jusqu'à une pièce où se trouvaient Owzer et... Relm, en train de peindre ! Cependant, selon le propriétaire des lieux, le tableau était maudit. Un monstre logeait à l'intérieur. Celui-ci les défia, hurlant que la déesse peinte était sienne. Terra n'aimait... pas particulièrement les personnes avec ce genre d'obsessions. Ce qui ne l'empêcha pas, avec son équipe, de le vaincre, ses sorts de feu se révélant plus qu'efficaces. Après le combat, la fillette décida de les rejoindre de nouveau. En espérant que Strago soit encore en vie lui-aussi...

La troupe de plus en plus grande repartit. Pendant que Terra dormait, ils firent une escale à la Tour des Fanatiques, sans qu'elle ne puisse les en dissuader pour avoir commis la même erreur. Apparemment, ils avaient cru pouvoir se réapprovisionner. Aucun vivre à acheter là-bas, mais l'hybride manqua les retrouvailles émouvantes entre Strago, devenu fidèle par peur ou par désespoir, et sa petite-fille. Cela dit, elle était plutôt contente de revoir le mage.

Ce fut vers cet instant qu'elle se remémora le parchemin trouvé chez Owzer. Il indiquait l'emplacement d'un trésor. Tous comprirent vite que là où il y avait un trésor, il serait possible de retrouver la piste d'un certain voleur au bandana... Les montagnes furent dont leur destination. Ils durent se séparer en deux groupes pour traverser la grotte qui menait au trésor. Et quelle grotte... Celle-ci était semée d'embûches et peuplée de monstres surpuissants. Terra avait des difficultés à avancer, malgré tous ses efforts, et les lieux constituaient un véritable labyrinthe. Cependant, une chose les incitait à continuer : tous les coffres étaient ouverts. Quelqu'un était passé par là, et ils espéraient que ce soit Locke. Espoirs qui se révélèrent être une réalité ; tout au fond de la caverne, ils retrouvèrent le voleur. Cela faisait si longtemps... L'hybride fut très heureuse de le revoir. Probablement pas autant que Celes, certes. Mais tout de même heureuse. Le but de Locke était apparemment de faire renaître Rachel, sa promise défunte. Terra l'accompagna dans la maison, où la jeune femme était plongée dans un profond coma – elle ne semblait pas morte... en principe. Phénix la réveilla, mais elle refusa de vivre, disant que Locke devait apprendre à vivre par lui-même, à présent. Il était assez étrange de découvrir qu'il la gardait dans ce sous-sol, mais cette scène toucha tout de même Terra. Cela dit... Cela permit à Locke de tourner la page. Une chose dont elle avait également eu besoin, à plusieurs reprises… Ce voyage les avait tous fait grandir, elle plus que quiconque, mais elle n'était pas la seule.

Par la suite, ils décidèrent de retourner dans une ville bien connue : Narshe. Et le spectacle qu'ils virent fut... Désolant. Peuplée de monstres, la ville enneigée ne comptait plus un seul habitant. Pourtant, rien ne semblait détruit. La Lumière du Jugement de Kefka, peut-être ? Terra préférait ne pas y songer... Un seul homme demeurait en vie, et il ne leur révéla rien, si ce n'est l'existence d'une magilithe, qu'il leur confia. Ragnarok.

En visitant les mines, ils tombèrent, pas hasard, sur de grandes pièces ressemblait à des nids... abandonnés. Peut-être que des Moogles  vivaient avant ? C'était sans doute le cas, puisqu'ils revirent un vieil ami : Mog, seul et mélancolique. Avant, il devait y avoir des dizaines de ses pairs vivant ici. Jamais il ne révéla ce qui leur était arrivé. Terra le prit instinctivement dans ses bras, comme elle avait l'habitude de le faire auparavant. Il leur parla alors d'un yéti vivant un peu plus loin. Il fallait passer par les falaises au Nord pour le trouver. En y allant, une autre face familière fit son apparition. Une créature à plumes, immense et gelée. La Chimère que, à plusieurs reprises et toujours en vain, Terra avait tenté d'approcher. Malgré son état, il parvenait à lancer quelques sorts de glace. Ceux-ci furent aisément contrés par les flammes de la mage rouge. Cependant, libérer Valigarmanda ne le sauva pas. Au contraire, il disparut, laissant sa Magilithe comme seul témoignage de son existence...

Ils plongèrent ensuite dans une crevasse indiquée par Mog. Elle cachait une partie des ruines apparemment désaffectée depuis bien longtemps. La traversée fut facile, et, comme la créature blanche l'avait promis, un yéti vivait tout au fond. Cependant, celui-ci les attaqua ! Il fut simple à vaincre, cependant, mais apparemment incontrôlable, et la surprise avait été de taille. Impossible de lui parler après sa défaite, ainsi Mog s'en chargea. Finalement, la créature blanche décida de les accompagner de nouveau. Evidemment, l'hybride ne l'en dissuada pas, mais se surprit à penser qu'ils formaient une équipe assez atypique.

La dernière personne à retrouver était Gau. Mais cet enfant était si imprévisible qu'il était difficile de retrouver sa piste... Ils décidèrent donc de fouiller du côté de l'Ile Triangle. Une mauvaise idée, en principe, sa traversée étant plus que rude. Mais à la fin de celle-ci, ils firent la rencontre d'un mime... étrange. Etait-ce une femme ? Un homme ? Ils ne savaient rien de lui, ou elle, à part son nom, Gogo. Et le fait qu'il, ou elle, souhaitait se rallier à leur cause. Pourquoi pas. Après cette courte visite, ils allèrent dans le lieu où Gau était le plus susceptible de se trouver : le Veldt. C'était la première fois que Terra visitait ces terres sauvages et presque inchangées depuis la catastrophe, selon les dires des autres. De nombreux monstres y vivaient, et les affrontements furent nombreux. Ce fut à la suite de l'un deux que, rugissant, Gau apparut. Clamant qu'il était leur ami, il les rejoignit. Enfin, les voilà désormais au complet. Ce qui signifiait qu'ils pouvaient partir pour la Tour de Kefka... Et vaincre ce dieu de la destruction, définitivement cette fois.

Ils durent se séparer en plusieurs groupes pour traverser ce vaste labyrinthe. Ses fondations étaient constituées des restes sinistres du palais de Vector et de son laboratoire. Lieux dérangeants, mais loin d'atteindre le macabre de cette tour peuplée de monstruosités. Terra décida de partir en tête de son groupe. Ce fut certainement la pire traversée qu'elle eût jamais fait, les créatures rencontrées étant plus puissantes les unes que les autres. Au bout d'un certain moment, elle parvint jusqu'à une des trois statues, désormais éveillées, du Warring Triad. Si elle les détruisait... Toute magie disparaitrait, et sans doute elle également... Qu'importe. Elle devait se battre. La sombre créature en face d'elle était puissante, elle ne pouvait le nier. Mais ils la battirent avec... moins de difficulté qu'elle ne l'aurait pensé. Les trois déesses portaient pourtant en elles toute la magie du monde... Lorsqu'elle sortit de la pièce, se retrouvant face à un énorme bloc de pierre flottant, elle constata que les deux autres groupes étaient déjà arrivés à destination. Mais si ils avaient vaincu les trois déesses, pourquoi Terra possédait-elle toujours des pouvoirs magiques ? A moins que... Kefka n'ait englouti tous leurs pouvoirs. Ce qui signifiait que sa puissance actuelle était inimaginable.

Un rire retentit. Encore une fois, et toujours le même. Depuis la catastrophe, c'était probablement la seule chose restée inaltérée. Le bouffon se tenait toujours devant eux, mais il était reconnaissable. Il déployait six ailes, et son corps seulement recouvert d'un pagne avait pris une teinte violacée. Comme si il n'avait pas eu l'air assez inhumain auparavant... Apparemment, il les attendait. Prêt à les détruire comme il avait détruit le monde. Pourquoi s'efforcer à créer ce qui sera inévitablement détruit ? Pourquoi s'accrocher à la vie, en sachant que la mort frapperait un jour, sachant qu'aucun de ses actes n'aura servi à quoi que ce soit ?

Ces questions, Terra y répondit spontanément. Elle sauta sur le bloc de roches effilées où se trouvait Kefka, qui tournait le dos à l'équipe. Ce n'était pas la fin qui importait. C'était d'avoir une raison de vivre à l'instant présent ! Quelque chose pour lequel on avait travaillé dur, ou que l'on devait protéger... Une paix, même temporaire, même minime pour ce monde, la sécurité des enfants de Mobliz... Ce genre de choses était amplement suffisant. Terra prit de plein fouet une attaque de l'ange noir, mais ne se laissa pas démonter pour autant. Chacun avait sa raison, et l'exposa. Une famille, un royaume, des amis, une âme sœur. L'hybride, qui ne pouvait ressentir autrefois que la confusion et l'incompréhension, était désormais envahie d'émotions plus fortes les unes que les autres. L'appréhension avant le combat qui se préparait, et la mort qui lui tendait les bras lorsque la magie disparaitrait. Une haine et un dégoût irrépressibles envers celui qui avait causé tant de mal à ce monde, aux enfants, à elle-même. Mais le sentiment qui la motivait était... l'amour. Pour sa famille et les amis qui combattraient à ses côtés.

Après avoir entendu leurs raison, Kefka fit dos à l'équipe, une expression indéchiffrable sur le visage. Se pourrait-il qu'il comprenne ? Non... Impossible. Il se retourna de nouveau, disant qu'ils le rendaient malade, qu'il réduirait toutes leurs motivations à néant. Ce fut à ce moment qu'il fit s'élever une immense tour constituée d'énormes monstres, et se plaça à son sommet. Terra chercha à grimper un des plus grands pics de pierre, criant que jamais elle ne le laisserait agir. Qu'il était impossible de créer un monument de non-existence... Car l'humanité reconstruirait toujours, absolument toujours ce qui avait été détruit. Locke intervint également, promettant de ne plus laisser personne mourir, ce à quoi leur ennemi à tous répondit qu'il n'était pas amusant de détruire sans que de précieuses vies soient arrachées. Le dieu nihiliste avait retrouvé son vrai visage, celui d'un fou cruel dansant avec des poupées qu'il s'amusait à mutiler. Elle aussi avait compté parmi ses jouets, plus d'un an plus tôt... Et il était hors de question de laisser qui que ce soit d'autre périr pour ce qui devait être, aux eux de son ennemi juré, une divine comédie. Terra, elle, n'avait pas le cœur à rire. La bataille finale définissant le sort de ce Monde de Ruines débutait... maintenant !

Le pic sur lequel elle se trouvait s'effondra sous ses pieds, mais ayant pris l'habitude de ce genre de chutes, elle parvint à retrouver l'équilibre et à redescendre sans trop d'encombres. Désormais, il leur fallait atteindre le sommet, tout en combattant les trois monstruosités. Jamais elle ne se battit avec autant de force. Ses flammes consumaient tout, absolument tout dans les environs, brûlant les trois créatures jusqu'à la moelle, et les assauts répétés de ses compagnons furent tout aussi déchaînés. Vaincre l'Enfer, le Purgatoire, le Paradis voire Dieu lui-même ne l'effrayait pas. Un démon gris aux puissants bras fut rapidement vaincu, suivit un groupe d'humanoïdes monstrueux. Malgré la puissance des sorts de soin de leur troisième ennemi, il subit le même sort, inéluctable.

Maintenant, Kefka. Enfin une bataille de laquelle il ne pourrait pas fuir. Une bataille qui avait du sens, qui servirait à protéger ce que tous avaient de cher. Une bataille sur le toit du monde, proche d'un ciel où les rayons du soleil perçaient la voûte grise et sinistre des nuages. Dès le début, Terra se mit à utiliser ses plus puissants sorts, des attaques de feu dévastatrices à son sort ultime. Ce n'était pas suffisant, et elle peinait à soigner son équipe des blessures subies par les attaques, manifestement bien plus violentes, de Kefka. Mais elle n'abandonna pas. Elle se transforma en Chimère, pour la toute dernière fois. Elle se mit à flotter concentra toute sa puissance dans ce combat aérien contre l'ange sans cœur.

Il était... hors de question... d'abandonner ses convictions !

Elle était au bord de l'inconscience, voire de la mort, lorsqu'elle relâcha toutes ses forces dans une attaque ultime... et fatale. Le premier des deux à tomber fut Kefka. Il ne se releva pas. Il fallut un moment à Terra pour réaliser cela : cette folie était terminée, et ce définitivement. Peu à peu, se sentant défaillir, l'hybride descendit jusqu'au sol, ne parvenant plus à léviter. Il fallut un court moment à ses amis pour la rejoindre. Terra se sentait si heureuse... Elle avait réussi. Elle s'était battue pour protéger ce qui lui était cher, elle avait vaincu la source de tous ses maux et de ceux des enfants. Désormais, la reconstruction de ce monde allait pouvoir débuter, lentement, mais sûrement.

Une seule chose la chiffonnait. Si la magie disparaissait, elle également... Elle ne pourrait pas voir ce qu'il adviendrait de ce monde, voir les enfants grandir, ou bien assister à la naissance de l'enfant de Katarin. Cependant, elle ne regrettait rien. Elle avait eu une vie riche... Et accompli son but. C'était là l'essentiel.

"La tour s'effondre !"

Promptement mais péniblement, Terra se releva. Elle devait les guider en lieu sûr, malgré sa fatigue. Certes, elle ne vivrait pas bien longtemps, mais elle ne pouvait se permettre de laisser ses compagnons risquer leur vie. Elle utiliserait ses dernières forces si il le fallait. Ainsi, ils se mirent en chemin, retraversant la tour qui s'effondrait, tout comme l'abominable continent flottant deux ans plus tôt. Seulement, cette destruction-là, et c'était bien la seule, n'était pas un symbole de peur et de chaos. Au contraire, Terra se sentait comme un oiseau libéré de sa cage...

En chemin, toutes leurs magilithes étaient détruites, une à une. Ce n'était qu'une question de temps avant que la jeune femme ne subisse le même sort... Ce fut au tour de Maduin de disparaitre. Mais avant de s'évaporer, il adressa quelques derniers mots à sa fille : si elle allait probablement connaitre un funeste destin, peut-être que si sa part d'humanité était suffisamment forte, alors elle pourrait vivre... Et, avant que Terra ne puisse répondre, la gemme éclata en morceaux.

Finalement, ils parvinrent jusqu'au Falcon. Terra flottait devant la proue du navire volant, alors que tous s'éloignaient le plus possible des lieux. Puis, elle se sentit défaillir... tomber... de plus en plus vite, de plus en plus bas. C'était donc la fin ? Si tel était son destin... Elle aurait bien aimé revoir les enfants une dernière fois avant de mourir, mais elle savait que ses compagnons s'en chargeraient. Elle avait confiance en eux. Elle ferma les yeux, et un choc retentit...

Elle se réveilla sur le canon du Falcon. Elle baissa les yeux ; désormais, elle était sous sa forme d'humaine. Impossible de se retransformer en Chimère, mais elle vivrait avec. Elle vivrait, surtout.

"Parce que nous vivons pour protéger ce qui nous est cher…"

Le premier lieu où ils s'arrêtèrent fut Mobliz, à la demande de la jeune femme. Elle retournerait vivre ici, mais elle promit de venir voir de temps en temps ses anciens amis. Ils lui manqueraient, de toute manière. Ainsi ils se revirent, et elle put enfin commencer à vivre une vie paisible, ou en tout cas bien plus normale que le reste de son existence, en tant que cobaye, fugitive ou combattante. Ce monde était toujours en ruines, certes, et si il était sauf, le malheur sévissait toujours. Mais l'espoir d'un avenir meilleur était revenu, et c'était l'essentiel.

La Balance du monde enfin rééquilibrée, peut-être que la magie s'échapperait, de nouveau, des Ruines qui l'avaient supprimée ?





Pseudo: Ney
Âge: 91 ans, selon les plus grands théoriciens d'Internet.
Pays: Continent Flottant
Comment as-tu découvert le forum ? Je suis fonda lel
Fréquence de connexion: Tout le temps, partout~
Crédit de ton Avatar: Terra Branford - Final Fantasy VI
Double compte ? Nope.
Code de validation à trouver dans le règlement: J'ai écrit le règlement, je connais le code quand même…
Un petit mot pour la fin ? J'ai tellement souffert…


© Halloween de Never Utopia


_________________

The Esper
The nature of magic exists between Balance and Ruin… ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lightning
The Savior of Souls Staff
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 07/05/2015
Localisation : Forêt des Chocobos

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Jeu 28 Mai - 10:31

Je profite d'un passage éclair (LOOOOOOOOL) pour venir te valider même si tu ne le mérites pas.

Rien à redire, tu respecte bien l'histoire, tu écris bien et tout et tout. Je ne sais pas si tu as pris les citations de la version SNES ou si c'est toi qui les a formulées ainsi, elle sont différentes de la version GBA mais ça n'empêche pas qu'elles gardent le même effet qu'en jouant au jeu (J'ai pas l'impression d'être clair mais bon...)

Trève de bavardage inutile, sans plus attendre, je te Validationne. Tu connais la chanson, Rps, machins et trucs soupoudrés de bidules.

_________________

Lightning
«Lightning. It flashes bright then...fades away. It can't protect, it only destroy. If you want to survive, you forget about sympathy.»©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terra Branford
The Hopeful Esper Staff
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 12/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Jeu 28 Mai - 12:38

Lightning tu nous manques reviens ;_;

Merci beaucoup pour la validation ! (même si j'aurais pu me valider moi-même lel) Ils sont bien issus de la version SNES, contente que les dialogues et la trad' rendent bien.

Brefouilles, re-merci Light

(Pas de Rp de validation narmol)

_________________

The Esper
The nature of magic exists between Balance and Ruin… ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuja
The Fairy Queen Staff
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 10/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Jeu 28 Mai - 17:58

T'es trop badass pour avoir un RP de validation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yggdrasil
Arbre de vie MJ
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Sam 30 Mai - 18:03





C'EST L'HEURE DU TEST RP


T'as cru que tu ne ferais pas face à cette épreuve, hein ? TOO BAD !
Voici donc TON Test RP. Le tiens, rien qu'à toi. Donc pas d'entourloupe !

-------------

Explique la réaction de Terra à son arrivée à Valhalla. Comment se sent-elle ? Pense-t-elle à ses amis, aux enfants de Mobliz ? Appréhende-t-elle sa rencontre avec des personnes qui, pour la plupart, lui sont inconnues ?



FICHE PAR CENTURY SEX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-warofvalhalla.forumactif.org
Terra Branford
The Hopeful Esper Staff
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 12/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Sam 30 Mai - 22:47

Rp test

When the stars go out, When you feel chilled to the bone, When you lose the path, And you can't find your way home…

Les chimères dune poupée…


Un souffle d'air glacé caressait sa peau lorsqu'elle s'était réveillée, allongée sur un sol dur et froid. Elle s'était relevée péniblement, son dos lui faisant mal. Elle croyait être tombée de son lit au cours de la nuit... Puis elle avait balayé les lieux du regard. Pas de trace du meuble sur lequel elle aurait dû dormir. Ni de la cheminée, ou d'un quelconque objet qu'elle avait pris l'habitude de voir dès le réveil. Et surtout, pas un son. La teinte orangée du ciel lui indiquait que la nuit commençait à tomber, mais Terra n'entendait pas les pas, les rires et les cris habituels des enfants. Rien, à part le vague murmure du vent. L'angoisse l'avait prise au cœur. Une sensation insupportable, envahissante de perte et de solitude. Comme lorsqu'elle avait vu pour la première fois la métamorphose totale du monde. Oui, cela semblait aussi cauchemardesque qu'au tout début...

Etait-ce un mauvais rêve ? Non, elle l'aurait ressenti. Sa peur irrépressible venait justement du fait qu'il s'agissait d'une situation réelle. Et incompréhensible. Elle se crut seule un instant, avant de se rendre compte qu'elle ressentait la présence d'un autre être auprès d'elle. Elle n'avait pas ressenti ce genre de choses depuis longtemps, depuis la perte de ses pouvoirs, pour être précis. Et pourtant elle était certaine qu'à ses côtés se trouvait... une Chimère. La jeune femme se retourna, pour se retrouver face à un immense dragon. Tendue, et cherchant à contenir sa panique, elle esquissa un mouvement de recul, lorsque la créature prit la parole. Shinryu était son nom. Et il s'agissait bel et bien d'une Chimère. Terra était de plus en plus confuse. Quelle sensation insupportable... Ces créatures étaient pourtant censées ne plus exister. L'occasion pour le dragon de tout lui expliquer...

Désormais, il était parti. Mais Terra se sentait à peine mieux. On lui avait dit tant de choses dont elle avait du mal à se remettre... Entre autres, le fait qu'elle se trouvait dans un autre monde, où magie et Chimères existaient encore. Le Valhalla, si elle se rappelait correctement de son nom. Elle avait aussitôt cédé à la panique. Si elle se trouvait ici, qu'adviendrait-il des enfants de Mobliz ? Elle s'était promis de s'occuper d'eux. De les protéger. Alors on l'avait rassurée, en expliquant qu'elle se trouvait dans une dimension hors du temps, qu'ils ne remarqueraient même pas sa disparition. Maigre consolation, mais elle ne s'en était pas plainte. Même si, c'était évident... ils lui manqueraient affreusement.

Elle avait évidemment demandé pourquoi elle se trouvait là. Pourquoi on l'avait invoquée. Ce à quoi Shinryu avait répondu qu'une guerre se préparait dans ce monde. En repensant à ses dires, Terra serra les poings, sentant sa gorge se nouer. Une fois de plus, on lui demandait de participer à une bataille, sans réellement lui laisser de choix d'accepter ou non. On lui disait que sa puissance magique serait un atout de taille dans un conflit où elle risquait de n'être qu'un pion sur l'échiquier.

La jeune femme concentra ses pouvoirs pour faire apparaitre une flamme. Ce qui lui redonna brièvement le sourire, quoique celui-ci fut faible. Sa magie était une part d'elle-même, et la perdre l'avait fait souffrir, il est vrai. Ainsi, la récupérer était soulageant... mais se faisait au prix de l'abandon de tout un monde, celui où elle avait toujours vécu. La Chimère avait promis de la renvoyer chez elle une fois la guerre remportée. Terra n'avait pas vraiment de raisons de ne pas le croire ; elle ne serait d'aucune utilité ici, après leur hypothétique victoire. Lorsqu'elle avait pensé cela, un peu plus tôt, son cœur avait fait un bond. Elle s'était rendue compte qu'elle était de nouveau réduite à l'état de pantin.

Mais elle refusait d'obéir aveuglément. Si elle adhérait à la cause du dragon, elle le suivrait. Si ce n'était pas le cas, elle chercherait à repartir, voire à rejoindre le camp opposé. Ou bien elle ne serait pas mieux qu'à l'époque où elle était encore soldat de l'Empire... Ainsi, elle avait demandé quels étaient les objectifs de Shinryu.

Détruire l'arbre que protégeaient leurs ennemis, les Asgardiens. Présentée ainsi, l'idée ne séduit pas la jeune femme, au contraire. Le mot "destruction" la faisait toujours tiquer, pour ne pas dire trembler. Et à raison, étant donné tout ce qui lui était arrivé. Mais alors qu'elle exprimait son désaccord malgré sa détresse, le dragon avait poursuivi, calmement. Selon lui, cet arbre retenait les pouvoirs des habitants de ce monde, les diminuait. Elle n'était toujours pas convaincue. Il était possible de vivre dans un monde sans magie. Même elle, qui avait eu un mal fou à survivre sans, en était capable. Shinryu avait grogné, lui demandant de le laisser terminer. Les Asgardiens souhaitaient protéger Yggdrasil et utiliser sa maîtrise sur les pouvoirs des humains – ou hybrides, dans son cas – à des fins malhonnêtes. L'arbre de la vie avait des capacités incommensurables, et il était de leur devoir de l'éliminer afin d'empêcher leurs ennemis de s'en accaparer.

Dans ce cas, ils ne cherchaient pas simplement à protéger Yggdrasil, mais également à devenir plus puissants... Tout en marchant vers le camp où on lui avait dit qu'elle trouverait les autres soldats, elle réfléchissait encore à son choix. Le pouvoir pouvait conduire à la folie et la destruction. Elle ne pouvait pas laisser quelqu'un y accéder sans rien faire... Une flamme de détermination s'alluma dans son regard violet. Elle n'était pas encore certaine de devoir obéir à Shinryu, mais elle le ferait, pour le moment. Ses buts étaient clairs et nobles, en principe. Mais sa principale motivation demeurait le retour dans son monde qu'il avait promis. Bien qu'il fût détruit et affreux, c'était là que vivait sa famille. Ses amis, aussi. Et si elle voulait rentrer... il fallait se battre.

Par ailleurs, elle appréhendait la rencontre avec les soldats Helheimiens, puisque c'était ainsi qu'on nommait son nouveau camp. Ses amis, avec qui elle avait longtemps voyagé, Celes, Locke, Sabin, Edward, Mog, Relm... Tous étaient restés là-bas. Elle pensa, brièvement et égoïstement, qu'elle aurait aimé qu'ils soient à ses côtés. Ils lui manquaient atrocement, et elle ignorait quand elle pourrait rentrer, les revoir... mais elle rejeta ces songes. Ils allaient bien, là était l'essentiel. Et ils ne se rendraient pas même compte de la moindre absence. De plus, tous avaient bien trop combattu... Elle se débrouillerait, cette fois-ci, sans eux, puisqu'elle n'avait pas le choix. Terra était au moins rassurée d'avoir des alliés à ses côtés. Les meilleurs combattants issus de divers mondes, selon Shinryu. Même si ils ne feraient peut-être pas des amis aussi formidables que son ancienne équipe – ils avaient vécu tant de choses, de toute manière – ils restaient un soutien et une présence dont elle aurait besoin, à l'avenir...

Lorsqu'elle arriva au camp, elle restait confuse et angoissée, mais était déjà dans un bien meilleur état qu'à son arrivée. Elle avait connu des voyages plus rudes que ce que quiconque pourrait imaginer. Celui-ci serait, elle l'espérait, son dernier, avant de pouvoir rentrer définitivement à la maison, avec sa chère famille. Mais en attendant... l'heure était à la bataille, pour le salut du Valhalla.

© redSheep sur Wild Roar

_________________

The Esper
The nature of magic exists between Balance and Ruin… ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuja
The Fairy Queen Staff
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 10/05/2015

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Jeu 11 Juin - 21:08

Canard.

Je déplace la fiche et te fais un câlin o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lightning
The Savior of Souls Staff
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 07/05/2015
Localisation : Forêt des Chocobos

MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   Dim 21 Juin - 19:49

Bon, t'as été validée en mon absence, mais bon, je me permet quand même de donner mon avis sur ce test Rp, Bitch.

Alors, alors, que dire ? C'est vraiment trop FXJFLKZSJCLCCXL /PAN/

Franchement, j'ai adoré le lire, la lecture était très agréable, le thème était respecté et tout, je n'ai franchement rien à redire, je suis sur que tu sauras très bien jouer Terra. Tu es donc officiellement validée (parce que Cae et la première, ça compte pas).

_________________

Lightning
«Lightning. It flashes bright then...fades away. It can't protect, it only destroy. If you want to survive, you forget about sympathy.»©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chimères d'une poupée… || Terra Branford   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chimères d'une poupée… || Terra Branford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'évolution des chimères en NSG
» "L'arbre aux chimères" 11/05 lesigny 77
» [achat,échane]HL tout récents et oldies:terra,camé,sla,nuées
» Poupée Sakboy
» GN foire aux chimères

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy: War Of Valhalla :: Partie administrative. :: Présentation. :: Présentations validées.-
Sauter vers: